Tempêtes : sous le ciel d'Alex

Recueil de nouvelles rédigées par 14 collégiens du collège Saint-Blaise à Saint-Sauveur -sur-Tinée

Temps de lecture 5 minutes

Ce projet, à l’initiative de l’auteure Caroline Audibert, fait suite au passage de la tempête Alex le 2 octobre 2020. L’écrivaine et journaliste niçoise, originaire de Saint Martin Vésubie, préside l’association POLLENS qui vise à favoriser et transmettre la création artistique. Souhaitant apporter son soutien aux adolescents, elle a proposé l’atelier d’écriture « Ecris ta tempête » aux établissements scolaires des vallées impactées par la tempête Alex.

Extrait de la préface de l’auteure et Extrait de la nouvelle de Maëna (élève de 5e)

Ce projet était mené par Mme Gosset, professeur d’histoire et de géographie au collège Saint-Blaise à Saint-Sauveur-sur-Tinée, ses élèves et l'écrivaine Caroline Audibert, suite à la tempête Alex d’octobre 2020.

Un projet intégré dans les Enseignements et Pratiques Interdisciplinaires

Ces ateliers d’écriture-résilience ont été intégrés dans un EPI sur le changement climatique, proposé aux élèves de 5e depuis plusieurs années dans l’établissement. Celui-ci fait intervenir la géographie, l’EMC, les Sciences et vie de la Terre, les Sciences physique-chimie, ainsi que le professeur documentaliste.

Habituellement, l'EPI commençait par une séance d’Education aux médias : les élèves découvrent, à travers la presse locale, un épisode méditerranéen ayant touché notre département. Certains des élèves ayant été touchés de près par cette tempête, il paraissait nécessaire de prendre en charge la dimension émotionnelle, avant d’aborder l’EPI. L’atelier « Ecris ta tempête » permettaient ainsi aux élèves de mettre des mots sur leurs maux, pour les aider à surmonter leur peur, voire le traumatisme que certains avaient subi.

Les objectifs

  • Développer la culture de la sensibilité (EMC) : identifier, nommer, exprimer ses émotions, les transformer en émotions positives par le processus créatif. 
  • Se réapproprier un territoire, s’interroger sur ce qui fait un lieu d’habitation. 
  • Découvrir le métier d’écrivain (parcours avenir)
  • Vivre une expérience d’écrivain et contribuer à la réalisation d’une œuvre collective (parcours d’éducation culturelle et artistique)

La démarche

Ce projet a été proposé aux élèves qui avaient été impactés humainement, matériellement ou psychologiquement par la tempête, ainsi que ceux qui manifestaient un intérêt pour le métier d’auteur. Ainsi, 14 élèves de la 5e à la 3e se sont portés volontaires.

14

Trois ateliers étaient initialement prévus. Profitant de l’enthousiasme des collégiens et d’une belle dynamique créative, l’auteure leur a gracieusement proposé cinq ateliers de deux heures chacun, au cours du printemps 2021.

5

Par ces échanges réguliers, elle les a amenés à écrire sur ce qu’ils avaient vécu, leur ressenti, leurs appréhensions et leurs espoirs. Chacun a écrit une histoire de tempête originale, à travers le destin d’un personnage-arbre (ou meuble en bois pour certains) qui leur a permis de prendre du recul sur cet événement tragique.

Pour y parvenir, Caroline Audibert leur a proposé une trame commune pour écrire leur scénario et une aide individualisée, au gré de leur imagination. Les élèves ont également travaillé en binômes : certains ont croisé leurs intrigues, si bien que leurs récits se prolongent ou résonnent dans les autres récits.

Au fil des séances, de la bienveillance de l’auteure, de ses conseils avisés et de l’aide de leur professeure d’histoire-géographie qui les a accompagnés tout au long du projet, un travail de réécriture et de remaniement des textes a été entrepris.

Les élèves participent à un atelier d’écriture avec Caroline Audibert au collège St Blaise en mars 2021.

Une belle aventure humaine

Une belle aventure humaine, comme en témoigne Caroline Audibert

Quand j’ai entendu les élèves exprimer un à un les raisons de leur présence à cet atelier, j’ai tout de suite compris que nous irions loin !

L’atelier s’est déroulé de manière très intense, les élèves faisaient preuve d’une belle concentration. L’écriture a pu émerger pour chacun, même les plus en difficulté ont trouvé leur mode d’expression.

 

Le recours à l’imaginaire, très vivant chez tous les élèves, a permis d’entrer dans le travail d’écriture. Tout en leur donnant un cadre global, celui d’un personnage-arbre qui traverse la tempête, j’ai travaillé de manière personnalisée avec chacun de mes petits auteurs, afin qu’ils puissent aboutir à un scénario et à un texte fort pour eux.

 

Un atelier centré sur la musique a permis de travailler sur l’expression des nuances des émotions, un autre, en binôme, a apporté une dynamique nouvelle, et cela toujours avec l’accompagnement bienveillant de la professeure Cindy Gosset.

 

Les élèves m’ont tous étonnée, sans exception. Ce fut une très belle aventure pour moi également.

La production finale : un recueil de 63 pages plein d’espoir à lire absolument !

Le dessinateur Edmond Baudoin a été le premier à qui les textes ont été présentés. Il a offert à chaque élève un dessin réalisé à l’encre noire pour illustrer leur nouvelle.

1000

A la fin de l’année scolaire, une campagne de prévente a été lancée, relayée dans les médias.

Consulter france3-regions.francetvinfo.fr

Présentation du recueil de nouvelles « Tempêtes : sous le ciel d’Alex » au Festival du livre de Nice où les jeunes auteurs ont dédicacé leur ouvrage en présence de Valerie Castera, directrice des éditions Gilletta, Cindy Gosset, professeur d’histoire-géographie et de l’auteure Caroline Audibert.

Soutenu par les éditions Gilletta et le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, leur recueil de quatorze nouvelles (tiré à mille exemplaires) parait à quelques jours de la date anniversaire de la tempête Alex. Le point d’orgue du projet a été la rencontre de nos jeunes auteurs avec le public au Festival du Livre de Nice le samedi 18 septembre, lors d’une séance de dédicace, en présence de l’auteure Caroline Audibert.

Leur livre est désormais en vente (9,90€), et si bénéfices il y a, ils pourraient être reversés au profit de la reconstruction des vallées et du fond de soutien aux sinistrées.