Mobilités de l'enseignement supérieur

La mobilité internationale représente un moment privilégié du parcours scolaire des étudiants et elle contribue à l’amélioration des compétences transversales et professionnelles des personnels.

Recherchez par mot-clés

Europe International

Les étudiants et les personnels des filières STS peuvent vivre une expérience à l’international ! La mobilité internationale représente un moment privilégié du parcours scolaire des étudiants et elle contribue à l’amélioration des compétences transversales et professionnelles des personnels.  

Les consortia pour la mobilité de l'enseignement supérieur 

Public visé : Etudiants et personnels des sections STS de l'académie d'Aix-Marseille et de Nice

Depuis 2014 la DRAREIC ressemble les établissements disposant de sections de technicien supérieur (STS) pour favoriser leur ouverture à l'international. Ces établissements, qui doivent avoir demandé et obtenu la charte européenne pour l'enseignement supérieur (ECHE), intègrent un dispositif qui leur permettra de demander des bourses Erasmus+ pour financer plusieurs activités comme :

  • Des mobilités pour les étudiants, pour effectuer un stage ou une période d'étude en Europe

  • Des mobilités pour les personnels ou enseignants, pour effectuer une période de formation ou d'enseignement en Europe

En rentrant dans un consortium, la gestion administrative et financière est prise en charge par la DRAREIC et le GIP-FCIP de l'académie d'Aix Marseille. Les établissements participants s'occuperont principalement de la sélection et la préparation des candidats au départ.  

Aix-Marseille : lea.duvernay@ac-aix-marseille.fr

Nice : andrea.melis@region-academique-paca.fr

CESAMME – Le consortium pour la mobilité de l’enseignement supérieur de l’académie d’Aix-Marseille

Public visé : Etudiants et personnels des sections STS de l’académie d’Aix-Marseille

Le consortium CESAMME porté par le GIP-FCIP de l’académie d’Aix-Marseille regroupe à ce jour 19 EPLE (établissement public local d’enseignement) de l’académie d’Aix-Marseille disposant de la Charte européenne pour l’enseignement supérieur (ECHE). Le réseau constitué par le consortium couvre majoritairement le territoire d’Aix-Marseille et propose de nombreuses filières de l’industrie et du tertiaire. 

Les objectifs de ce consortium sont :

  • développer en quantité et en qualité la mobilité étudiants/personnels de l’enseignement supérieur.

  • sortir de l’isolement des établissements et leurs équipes pédagogiques dans la mise en œuvre de leur politique d’ouverture à l’international, particulièrement dans la gestion de leurs projets de mobilité.

L’organisation en consortium répond parfaitement à ces objectifs : il permet aux équipes pédagogiques de se concentrer sur les aspects qualitatifs (information, sélection, préparation, accompagnement des bénéficiaires) et de laisser les tâches administratives et de coordination à un comité de pilotage restreint (COPIR). Ce dernier reçoit l’appui d’un comité de pilotage élargi composé de membres volontaires du consortium (COPILE) au moment des rapports intermédiaires et finaux (pour mettre en place par exemple l’évaluation du projet). Le consortium se réunit en assemblée une à deux fois dans l’année pour échanger sur les orientations générales (budget, etc.) et les valider. Cette organisation est d’autant plus pertinente que les formations sont faiblement concernées par la mobilité (le stage à l’étranger n’étant pas obligatoire) ; les établissements nécessitent donc d’être accompagnés car les flux de mobilité sont peu importants. Il s’inscrit dans la politique volontariste de l’académie d’Aix-Marseille pour développer la mobilité et l’internationalisation des établissements de l’enseignement supérieur dans le cadre du programme Erasmus+ depuis le début du cycle 2014-2020.

Activités

Le consortium mène trois types d’activités.  

  • La première activité correspond à la finalité du consortium en termes quantitatifs : projets de mobilité de stage pour les étudiants et de mobilité formation/enseignement pour les personnels.  

  • Le deuxième type d’activités relève davantage de l’objectif qualitatif : la mise en partage de moyens financiers pour répondre à des objectifs communs.  

  • Le troisième type d’activités vise à atteindre le second objectif : rompre l’isolement des établissements en réglant des problématiques communes par des regroupements et des ateliers de travail (comment mieux promouvoir le programme, utiliser des critères transparents pour la sélection, favoriser la reconnaissance des acquis de l’apprentissage ou la transparence des qualifications, etc.). 

Impacts et résultats

Les premiers résultats sont encourageants et répondent globalement à nos objectifs :  

  1. Internationaliser des formations aujourd’hui peu concernées par la mobilité et augmenter la qualité de l’enseignement supérieur. Avec le programme CESAMME 1, nous avons réalisé :  

    • 81 mobilités étudiantes de stage vers 28 destinations variées (Irlande, Suède, Angleterre, Malte, Roumanie, Espagne, Italie, Pays-Bas, République Tchèque, Lettonie, etc.) 

    • 28 mobilités personnels. 

Plus de 9 étudiants sur 10 se disent très satisfaits ou plutôt satisfaits par leur expérience de mobilité de manière générale, pour les personnels, le pourcentage monte à 100 %. 

  1. Mutualiser des moyens : en confiant la gestion administrative du consortium au GIP-FCIP de l’académie d’Aix-Marseille, les équipes pédagogiques ont pu se concentrer sur les tâches pédagogiques. La réalisation d’un film de promotion de la mobilité à destination des étudiants est à mettre au compte de cette mutualisation.

  2. Sortir les établissements de l’isolement : le dispositif permet aux membres d’avoir des réponses pratiques. Les réunions des membres du consortium et la mise en place d’un événement de valorisation sont des moments de partage d’expérience et d’informations.  Ce projet a permis d’élargir ou de développer l’ouverture à l’international et la coopération des établissements. 

Le nouveau consortium régional académique pour la mobilité de l'enseignement supérieur

Public visé : Etudiants et personnels des sections STS de la Région académique PACA 

Le consortium, c’est quoi ? 

La DRAREIC souhaite ressembler les EPLE de la Région Académique PACA dans un consortium pour la mobilité de l’enseignement supérieur. Ce dispositif permettra à ces établissements d’augmenter l’ouverture à l’international de leurs filières STS tout en allégeant les charges de coordination et de gestion administrative et financière. 

Pour la constitution de ce nouveau consortium régional la DRAREIC se base sur l’expérience de CESAMME, consortium de l’académie d’Aix-Marseille qui, entre 2018 et 2020, a permis à 378 participants (étudiants et professeurs) de réaliser une mobilité dans un pays de l’Union Européenne pour réaliser différentes activités de mobilité. L’extension de ce modèle à tous les établissements de la région académique leur permettra d’accroitre leur ouverture à l’international, en augmentant leurs flux de mobilités tout en bénéficiant des nombreuses retombées positives qu’un tel projet de mobilité apporte au niveau de l’établissement, au niveau territorial et régional.  

L'intégration d'un établissement dans un consortium présente de précieux avantages : une gestion administrative et financière simplifiée et sécurisée grâce au pilotage d'un Groupe d'intérêt public (GIP), une mutualisation des outils et le partage des bonnes pratiques. 

A qui s’adresse le consortium ? 

Le projet de consortium s’adresse aux EPLE de la Région académique PACA ayant obtenu la charte ECHE pour la période 2021/27 (lien hypertexte ver la page Chart ECHE).  

Ces établissements pourraient déposer autonomement une demande de financement pour leurs activités à l’international. Toutefois, le manque d’expérience et la charge de travail demandé pour assurer un suivi de qualité détournent parfois les référents à l’international, qui décident de ne pas se lancer dans l’aventure.  En rentrant dans le consortium, ces établissements pourront demander des bourses Erasmus tout en confiant à la DRAREIC et au GIP-FCIP une bonne partie des tâches administratives et de coordination qu’ils devraient assumer entièrement dans le cas d’un dépôt en autonomie.  

Qui fait quoi ? 

  • La DRAREIC et le GIP-FCIP centralisent les besoins de mobilité des établissements, se chargent de rédiger une demande de financement pour l’ensemble du consortium et, une fois cette demande approuvée, répartissent les crédits aux membres du consortium tout en les accompagnant dans la gestion administrative et financière des mobilités.  

  • Les établissements participants s’occupent de la recherche des partenaires, de la préparation des participants, du suivi des participants en mobilité et remontent les informations et les documents demandés pour l’évaluation et la clôture du projet.  

Les établissements souhaitant intégrer le consortium doivent constituer un comité international au sein de l’établissement, qui réunit tous les personnels impliqués dans l’ouverture internationale. Ce comité se réunit périodiquement, il élabore, met en place et évalue la stratégie d’ouverture à l’international de l’établissement (organisation des mobilités, préparation des participants, communications avec DRAREIC et GIP-FCIP, etc.) 

Quelles activités le consortium permet-t-il de financer ? 

Le consortium permet aux établissements membres d’obtenir des bourses Erasmus+ pour aider les bénéficiaires à financer quatre types d’activités principales. 

  • La mobilité des étudiants :   

  • La mobilité de stage. Certaines de nos formations post-bac rendent obligatoires la réalisation d’un stage à l’étranger ; pour d’autres, il est seulement conseillé ou bien n’est pas mentionné dans le référentiel. Pourtant, le stage en Europe constitue une expérience forte et un atout pour nos étudiants. C’est pourquoi, le consortium est un levier pour encourager l’internationalisation de formations aujourd’hui peu concernées par la mobilité.  

  • La mobilité d’étude. Certaines sections STS ont déjà un découpage en semestre et en ECTS. Ce système permet aisément de mettre en place des mobilités d’étude (entrantes ou sortantes) :  

    • les étudiants français ont la possibilité de suivre une période d’étude dans un établissement partenaire en Europe 

    • les établissements membres ont la possibilité d’accueillir des étudiants d’un établissement partenaire en Europe pour une période d’étude   

  • La mobilité des personnels. Elles constituent une priorité pour créer une dynamique dans les équipes pédagogiques, améliorer les compétences professionnelles et linguistiques des enseignants, et augmenter la qualité de l’enseignement supérieur. Trois activités sont envisagées pour les personnels :  

    • La mobilité sortante de formation peut se faire dans un établissement d’enseignement supérieur ou dans une entreprise dans le cadre d’activités de développement professionnel, soit pour se former, soit en mission d’observation. 

    • La mobilité sortante d’enseignement permet aux enseignants ou aux autres membres du personnel de l’enseignement scolaire d’enseigner dans une école partenaire à l’étranger. 

    • Les mobilités entrantes permettent de faire venir des professionnels d’entreprises européennes pour dispenser des cours aux étudiants. Cette activité fait bénéficier à davantage d’étudiants des compétences et de l’expertise de professionnels. Cela participe à l’amélioration de l’enseignement supérieur au niveau européen et permet d’utiliser les opportunités du programme Erasmus+ vers une cible plus nombreuse. 

En plus de ces 5 activités, le consortium accompagne les membres pour atteindre des objectifs plus qualitatifs : la mise en partage de moyens financiers pour répondre à des objectifs communs (la réalisation d’outils promotion, une cérémonie commune de valorisation, etc.). De plus l’organisation du consortium, qui favorise et encourage l’échange de bonnes pratiques par ses membres au sein de réunions périodiques, permettra aussi de rompre l’isolement des établissements en réfléchissant ensemble aux problématiques communes à travers des ateliers de travail (comment mieux promouvoir le programme ? Comment utiliser des critères transparents pour la sélection des participants ? Comment favoriser la reconnaissance des acquis de l’apprentissage ou la transparence des qualifications ? etc.). 

Envie de se lancer dans l’aventure ? La DRAREIC informera les établissements de la Région académique détenteurs de la Charte ECHE pour la période 2021/2027 dès que les appels à candidature sortiront. Stay tuned ! 

PRAME - Programme Régional d’Aide à la Mobilité Etudiante 

Public visé : Etudiants BTS, étudiants universitaires, étudiants de la filière socio-sanitaire 

La Région Sud favorise la réalisation de stages à l'étranger pour les étudiants inscrits dans les établissements d'enseignement supérieur public ou privé de la région avec le programme régional d'aide à la mobilité internationale (PRAME) : des bourses pour co-financer des périodes des mobilités pour des activités d'étude ou de stages.  

Pour plus d’informations :  

https://www.maregionsud.fr/aides-et-appels-a-projets/detail/programme-regional-daide-a-la-mobilite-etudiante-prame-enseignement-superieur-2020-2021 

Contact : imars@maregionsud.fr

  • Devenir assistant de langue française à l'étranger 

Public visé : Jeunes ayant entre 20 et 35 ans, justifiant du statut d’étudiant 

Travailler à l’étranger, pourquoi pas vous ? Vous recherchez une expérience professionnelle valorisante à l’international ? Vous souhaitez partager votre culture et votre langue tout en approfondissant votre connaissance d’une autre culture ?  Devenez assistant de français à l’étranger ! 

S'adressant aux étudiants, le programme a pour but de permettre aux jeunes de se familiariser avec la langue et la civilisation du pays d'accueil tout en apportant, au sein des établissements d'enseignement, l'authenticité de la langue et la richesse de la culture françaises. Cette mobilité offre ainsi une possibilité de formation et un début de professionnalisation, apportant ainsi une plus-value indéniable à leur parcours universitaire. Le rôle de l'assistant est d'améliorer les compétences en communication des élèves (notamment à l'oral) et d'approfondir leur connaissance de la culture française. Il travaille en appui, en secondant les professeurs de français, et peut intervenir en classe entière en leur présence ou prendre de petits groupes d'élèves à part. 

Pour plus d’informations :  

https://www.france-education-international.fr/assistants-francais-a-letranger  

Contact : https://www.france-education-international.fr/contacts/contact-assistant-langue  

Devenir assistant de langue française aux Etats-Unis 

Public visé : Etudiants et jeunes diplômés français résidents en France au moment de la candidature et titulaires au minimum d'une licence (BAC +3) 

Travailler aux Etats-Unis, pourquoi pas vous ? Vous recherchez une expérience professionnelle valorisante à l’international ? Vous souhaitez partager votre culture et votre langue tout en approfondissant votre connaissance d’une autre culture ?  Devenez assistant de français à l’étranger ! 

La Commission Fulbright franco-américaine gère deux programmes d'assistanat de français dans des établissements supérieurs américains : le programme Fulbright assistant de français (FLTA) qui place 25 à 30 assistants dans des petites universités aux Etats-Unis et la bourse Carlet Levy-Despas qui place 1 assistant de français à Amherst College dans le Massachusetts. 

Pour plus d’informations :  

https://fulbright-france.org/fr/bourses-fulbright-partenaires/programmes/assistants-francais  

Contact : https://fulbright-france.org/fr/contact