LES ELEVAGES
Fiche réalisée par M. HUG, Musée entomologique de Levens



Rien ne remplace l'observation d'un insecte dans son biotope, c'est à dire sur le " terrain ". Mais l'urbanisation ne facilitant nullement le contact avec la nature, la pratique de l'élevage à la maison ou en classe est éminemment source de connaissances.Prélevé en nature, un insecte a besoin d'un biotope propre à son espèce pour survivre dans un milieu artificiel (nourriture, aération, lumière, chaleur, hygrométrie). Il faut donc connaître un peu l'espèce élevée.Non seulement il faut étudier l'espèce que l'on veut connaître, mais aussi ouvrir un cahier de note d'élevage où sera consignée l'évolution de l'insecte (ponte, croissance, éclosion, nombre d'individus, nourriture, chaleur, hygrométrie...).
  1. REGLES IMPORTANTES POUR TOUT ELEVAGE
  2. Avant de donner quelques idées de la fabrication de cages d'élevage, il est essentiel de préciser les règles communes à tout transfert d'insecte.

    1. Ils sont fragiles : ils craignent la fumée, les excès de chaleur... En règle générale, il ne faut pas les prendre avec les mains.
    2. II faut recréer artificiellement leur biotope, donc connaître l'essentiel de leurs besoins. Ne pas faire n'importe quoi, n'importe comment, avec n'importe quel insecte.
    3. La luminosité, la chaleur, l'eau, le degré d'hygrométrie, une nourriture adaptée sont des paramètres à adapter sans cesse.
    4. Dans la nature, la rosée nocturne fait boire les insectes. Il faut la remplacer par la vaporisation d'eau non polluée sur les feuilles nourricières (avec un vaporisateur neuf n'ayant pas contenu de produit).
    5. II faut protéger un élevage des prédateurs (placer une moustiquaire, surveiller les mites ou autres "intrus").
    6. Avant de commencer un élevage, il faut prévoir la nourriture des adultes et celle des larves qui peut être différente. Par exemple si les mantes adultes mangent des criquets, les jeunes larves ont besoin de très petites mouches. Il faudra donc élever, à cet effet, des drosophyles (mouches du vinaigre).
    7. Pour les écoles, il faut prévoir un responsable pour que, même en période de vacances scolaires, l'élevage soit surveillé et entretenu.
    8. Certains élevages sont faciles à réaliser, d'autres moins. Par exemple, élever des phasmes est aisé, élever des araignées est plus compliqué. Il faut en effet trouver la nourriture des adultes (grillons ou autres). Pour les araignées nouvellement nées, il faut des drosophyles (petites mouches). Pour étudier une araignée, il vaut mieux la prélever momentanément en nature et la relâcher rapidement. Il faut pas mal de connaissances pour mener cet élevage à bien.
     
  3. LES ELEVAGES PROVISOIRES
  4. Ce ne sont pas à proprement parler de vrais élevages. Ils sont utilisés pour maintenir vivants quelques insectes prélevés dans la nature afin de les observer facilement à leur stade adulte. Après étude, ils sont remis en liberté. C'est un procédé économique pour garder vivant le mieux possible un insecte (mante, coccinelle, phasme, chenille, araignée...).
    Nous décrivons ici l'utilisation des bouteilles plastique translucides permettant une bonne observation.

    1. Bouteille utilisée verticalement.

    2. Système prévu pour très peu d'insectes : moins de 6.
      Matériel nécessaire :
      une bouteille d'eau minérale en plastique transparent : découper le fond bien droit.
      un bout de tulle ou toile légère pour couvrir et fermer le fond de la bouteille et un élastique pour bloquer le tulle.
      un pot de confiture vide, transparent, des mouchoirs en papier bien propre.
       

    3. Bouteille horizontale.

    4. Système prévu pour très peu d'insectes : moins de 6.
      Matériel nécessaire :
      un tulle pour fermer avec un élastique.
      on laissera la bouteille couchée, coincée avec deux petites pierres pour qu'elle ne roule pas.

      Toujours mettre le tulle (pour l'aération et la protection contre les lchneumons). Humidifier un peu tous les deux jours.

    5. Bouteille coupée en haut avec de la terre au fond pour un insecte qui a besoin de terre (hanneton)
    6. Matériel nécessaire :
      une bouteille transparente, verticale, seul le sommet est coupé.
       
    Bien entendu, ces petites astuces pour observer peuvent être réalisées dans d'autres récipients en Rhodoïd, mais les principes de base doivent toujours être retenus : lumière, vaporisation, chaleur, hygrométrie.
    Ne jamais mélanger les espèces et faire attention aux oeufs, aux larves qui sont souvent très différentes de l'adulte. Mais on ne peut garder bien longtemps des insectes de cette façon : c'est bien pour une étude passagère.
  5. LES ELEVAGES DURABLES
  6. Ce sont de vrais élevages : l'insecte y vit et s'y reproduit. Cela demande une surveillance et des soins constants (même durant les congés scolaires, il faut prévoir de s'en occuper).
    Nous proposons trois types d'élevages : en cage, en terrarium ou en aqua-terrarium.

    1. Les élevages en cage (papillons, phasmes, criquets, mantes ...)
    2. Une telle cage supporte une ou deux douzaines de phasmes ou criquet, mais pas les mantes qui s'entre-dévoreraient.
      Bien entendu, la nourriture doit être proportionnée à la quantité d'insectes à nourrir. Elle ne doit pas comporter de parasites ou de produits chimiques.
      Le sol de la cage comporte souvent des pontes, et les oeufs se confondent avec les excréments. Le nettoyage de la litière doit donc être faite méticuleusement.

      Les élevages en terrarium
      Le modèle proposé n'est qu'un exemple que l'on adaptera à l'espèce que l'on élève (surtout pour criquets, mantes, coléoptères, grillons ou blattes).
      Il faut un bac de 0,50 x 0,25 x 0,25 environ (aquarium transparent).
      1. Fond de 1 à 2 cm de petit gravier (plus gros que le sable, mais pas de gravillon, le gravier de rivière est idéal)
      2. Couche de terre humide (vaporiser)
      3. Garniture de petites rocailles laissant des trous et des abris-tanières
      4. Branche morte adaptée, ou écorce, ou liège, avec mousse. Diversifier avec des plantes judicieusement placées, ne cachant pas la vue, mais propres au biotope de l'espèce
      5. Une mangeoire facile à nettoyer,
      6. Un récipient-abreuvoir adapté (trop d'eau peut entraîner la noyade)
      7. Un trou dans le couvercle (en contre-plaqué) pour un bouchon, en-dessous un genre de pot de yaourt fixé et troué vers le haut permettra l'élevage de pupes de mouches qui écloront et sortiront dans le vivarium par les trous faits à mi hauteur du pot
      8. Une lampe de 40 W qui ne touche pas le contre-plaqué. Cette lumière artificielle remplace l'éclairage naturel et favorise le bon comportement de l'insecte en apportant une température régulière et une circulation lente de l'air qui se renouvelle bien
      9. Le vivarium, dans son couvercle, comporte un bon espace d'aération grillagé fin (il peut en comporter plusieurs)

      10. ATTENTION :
        • Ne pas laisser de nourriture pourrie
        • Veiller à ne pas jeter une ponte qui est difficile à repérer
        • Ne pas laisser les insectes s'entre-dévorer, ou bien les adultes dévorer leurs oeufs ou larves (c'est le cas des carabes par exemple )
        • Observer les attitudes des insectes, comprendre le pourquoi de ces attitudes (absence de ponte, surcharge d'effectifs, manque de bonne nourriture, absence de vaporisation... )
         
      11. Les élevages en aqua-terrarium (papillons, phasmes, criquets, mantes ...)
      12. Cet élevage est surtout bon pour les petits batraciens et les insectes d'eau (diptyques, limnées...) et la partie terre et eau varie d'importance suivant l'espèce élevée.
        Une fois l'aqua-terrarium préparé, verser l'eau et laisser décanter 24 heures pour que l'eau redevienne limpide.

        1. Fond de 1 ou 2 cm de gravillon de rivière
        2. Partie terre avec petite rocaille, terre et eau sont à équilibrer différemment suivant l'élevage. La terre un peu argileuse tiendra mieux, il faut la tasser (la prendre au bord de la rivière)
        3. Plantes aquatiques et décor de branches en partie dans l'eau. Certains animaux pourront s'y réfugier. Certaines plantes sont à planter réellement (fougères d'eau)
        4. Couvercle en contre-plaqué de 10 ou 15 millimètres avec ouverture
        5. Ouverture d'aération grillagée
        6. Bouchon sur trou au niveau du récipient (genre yaourt) où des pupes de mouches vont éclore (si on élève des dévoreurs de mouches)
        7. Pompe d'aération d'aquarium pour oxygéner l'eau
        8. Extrémité du diffuseur calée avec deux petits cailloux

        Cet élevage d'insectes d'eau a besoin de vaporisation des plantes comme pour les autres élevages.

      CONCLUSION :
      Tout élevage est avant tout laissé à l'initiative de chacun, pourvu qu'il respecte au maximum la vie de l'espèce élevée.
    Quelques idées de nourriture pour les élevages
    Remarque. Eau ou vaporisation servent de breuvage : ne pas l'oublier !
     
    PHASMES Ronce ou rosier (sans maladie et non traité) ou lierre
    PAPILLONS La plante hôte, quelquefois plusieurs :
    Machaon : ombellifères, carottes, persil, fenouil
    Charaxés Jasius : arbousier uniquement
    Piéride du Chou : chou, radis, réséda jaune, capucines
    Paon du Jour, Petite Tortue : Ortie
    Grand Paon de Nuit : pommier, poirier, saule, peuplier
    Petit Paon de Nuit : prunellier, bruyères, aubépine
    Ver à soie : mûrier 
    HANNETONS Fruits (pommes, bananes), pollen
    BLATTES Fruits (pommes, bananes), pollen, farine 
    MANTES Criquets, grillons, blattes, mouches 
    LARVES DE MANTES Petites mouches (mouches drosophyles) produites sur les fruits
    COULEUVRE Grenouilles, poissons, criquets
    LEZARDS Mouches, sauterelles, grillons
    INSECTES D'EAU (dytiques, hydrophile, notonecte) Mouches, moustiques, vers, viande hachée, larve d'insectes d'eau, même petits poissons
    GERRIS Mouches, moustiques
    CRAPAUD Escargots, limaces, chenilles, mouches, asticots, sauterelles 
    LUCIOLES Escargots, limaces
     

    Note : Séparer les pontes et les larves car, souvent, elles sont dévorées par les adultes.

    Bibliographie :