EAF : Questions/Réponses

EAF : Questions/Réponses

Nous avons souhaité proposer une réponse collégiale aux questions que vous nous posez le plus souvent. Ces éléments fonderont votre travail auprès des élèves et vos interventions dans le cadre de votre mission de correcteur et d’examinateur lors des épreuves anticipées de Français.

Les IA-IPR de Lettres

Version pdf téléchargeable du document

 

Référence des textes qui régissent l’épreuve

Arrêté du 21-7-2010 - J.O. du 28-8-2010

Note de service n°2006-199 du 4-12-2006

Note de service n° 2011-141 du 3-10-2011

 

L’écrit

I-                   La question sur corpus :

Peut-on mettre la totalité des points à une réponse courte ?

Oui.

Peut-on mettre la totalité des points à une réponse juste sur le fond mais dont l’orthographe est fautive ?

Oui. La correction de la langue est évaluée sur la totalité de la copie, conformément au barème de l’épreuve.

Doit-on exiger une introduction pour cette partie de l’épreuve ?

Non.

Doit-on sanctionner un développement satisfaisant qui omet un des textes du corpus ?

Oui. L'exercice exige la prise en comtpe de tous les textes.

II-                 Le commentaire

Peut-on accepter un commentaire qui propose un plan en deux parties ?

Oui. Le texte officiel précise : « Le commentaire porte sur un texte littéraire. Il peut être également proposé de comparer deux textes. En séries générales, le candidat compose un devoir qui présente de manière organisée ce qu’il a retenu de sa lecture, et justifie son interprétation et ses jugements personnels. En séries technologiques, le sujet est formulé de manière à guider le candidatdans son travail. »

Comment sanctionner un devoir qui comporte de très nombreuses erreurs orthographiques ?

La correction de la langue est évaluée sur la totalité de la copie, conformément au barème de l’épreuve.

III-               La dissertation :

Peut-on accepter tous types  de plans ?

Oui, le texte officiel précise : « La dissertation consiste à conduire une réflexion personnelle et argumentée à partir d’une problématique littéraire issue du programme de français. Pour développer son argumentation, le candidat s’appuie sur les textes dont il dispose, sur les “objets d’étude” de la classe de première, ainsi que sur ses lectures et sa culture personnelle. 

Comment mettre la moyenne a une copie qui manifeste une orthographe "calamiteuse" ?

« Les épreuves anticipées de français vérifient les compétences acquises en français tout au long de la scolarité et portent sur les contenus du programme de la classe de première. Elles évaluent les compétences et connaissances suivantes :

- maîtrise de la langue et de l’expression ;

- aptitude à lire, à analyser et à interpréter des textes ;

- aptitude à tisser des liens entre différents textes pour dégager une problématique ;

- aptitude à mobiliser une culture littéraire fondée sur les travaux conduits en cours de français, sur des lectures et une expérience personnelles ;

- aptitude à construire un jugement argumenté et à prendre en compte d’autres points de vue que le sien ;

- exercice raisonné de la faculté d’invention. »

L’orthographe n’est qu’un aspect de la maitrise de la langue et de l’expression. Son évaluation porte sur la globalité de la copie et est soumise à barème.

L’ORAL

Quelle est l’utilité du descriptif ?

Le descriptif des lectures et activités présente de manière claire et organisée le travail de l’année. Il s’inscrit dans une double temporalité, le temps de la classe puis celui de l’épreuve orale, il vise un double destinataire, l’élève qui deviendra le candidat, et l’examinateur.

Si le document n’est distribué qu’en fin d’année, des formes évolutives du descriptif font l’objet d’un travail régulier en classe. Son élaboration progressive permet aux élèves d’appréhender les enjeux de chaque séquence, leur organisation, le statut des différents textes, documents et activités, la logique des corpus.

Comme outil de travail, il peut faire l’objet de rédactions individuelles ; pour l’examen, il doit être rédigé par le professeur. Cette version finale porte mention du lycée, de la série ; elle est signée par le professeur de la classe et visée par le chef d’établissement.

Le descriptif est-il une obligation ?

Le descriptif des lectures et activités est une obligation réglementaire pour tous les candidats qui se présentent à l’épreuve orale des épreuves anticipées de français lors de leur année de 1ère.

En l’absence de descriptif le jour de l’épreuve (à mentionner sur le procès-verbal),le candidat est néanmoins interrogé, après échange avec l’examinateur sur les lectures et activités effectuées dans l’année.

Que doit contenir le descriptif ?

Pour l’examinateur comme pour le candidat, la facilité de consultation, la précision des informations, l’explicitation des projets sont essentielles.

Pour chaque séquence, le descriptif doit indiquer :

  • Le ou les objets d’étude abordé(s)
  • Le titre de séquence (facultatif)
  • Sa problématique littéraire
  • Les textes proposés, en précisant systématiquement la modalité de lecture(lecture analytique, cursive, comparée) et ce afin de guider clairement l’examinateur dans le choix du texte pour la première partie de l’épreuve.
  • Les activités et travaux collectifs et personnels qui nourriront la seconde partie de l’épreuve.

Comment doit-on présenter le descriptif ?

« La mise en page (linéaire ou tabulaire) et la présentation de ces indications sont laissées à l’appréciation de chaque professeur ». « Dans tous les cas on veillera à préserver la concision et la lisibilité de ce document » (Note de service 2011 141 du 3/10/2011).

Deux exemples de présentation sont proposés en annexe de cet article. Il s'agit bien d'exemples et non de modèles.

 

Qu’en est-il du descriptif si la classe est mixte (L/ES ou L/S)?

  • Le même professeur assure l’enseignement du tronc commun et des heures de littérature : il distingue dans son descriptif le corpus du tronc commun et celui des heures spécifiques à la série L, mais il les réunit dans un même document en précisant clairement la nature mixte de la classe.
  • Deux professeurs différents interviennent : le descriptif du corpus de tronc commun et celui des heures spécifiques sont établis et signés par chacun des professeurs. Les deux enseignants s’entendent pour les associer et fournir un descriptif unique qui précisera la nature mixte de la classe.

Qu’en est-il du descriptif d’élèves à parcours particulier ?

Nous engageons les professeurs responsables de ces élèves à faire figurer explicitement sur le descriptif de l’élève la singularité de sa situation et de joindre un courrier attestant ces éléments à l’envoi des documents pour le jury au centre d’examen.

Quels documents suis-je tenu de faire parvenir aux examinateurs ?

Nous sommes bien conscients des difficultés que vous pouvez rencontrer en termes de reprographie. Pour autant, chaque élève doit disposer d’un descriptif nominatif et doit se constituer son dossier de passation de l’oral soit deux exemplaires vierges de toutes annotations personnelles de chaque texte proposé par le descriptif, un pour sa préparation et un pour l’examinateur.

Chaque examinateur doit pouvoir disposer du descriptif correspondant à chacune des classes dont proviennent ses candidats et des textes sur lesquels il doit interroger afin de préparer ses questions en amont du commencement des épreuves orales. De fait, il est important qu’un exemplaire de chacun des textes soit disponible pour chacun des examinateurs (en général 2 à 3 par classe). Si l’on peut justement affirmer que les textes anciens sont disponibles sur la toile, chacun sait bien combien cette période de l’année et de l’exercice est chargée et lourde, aussi est-il important que chacun veille à faciliter la tâche de ses collègues. Il s’agit d’une question d’organisation.

Pour les œuvres intégrales, il est important de demander aux élèves de présenter deux exemplaires de l’œuvre, un pour lui, l’autre pour l’examinateur : le deuxième exemplaire peut être facilement emprunté à un camarade de la classe interrogé sur la même demi-journée.

Combien de textes doit contenir un descriptif ?

Les textes officiels ne fixent pas un nombre plancher ou maximal de lectures analytiques. Pour toutes les séries, l'étude de trois œuvres au moins et de trois groupements au moins sur une année est obligatoire.

Pour l’enseignement spécifique en série L, l'étude de deux œuvres au moins et de deux groupements au moins sur une année est obligatoire.

Les extraits qui constituent les groupements de textes ne font pas obligatoirement l'objet d'une lecture analytique. Certains extraits peuvent faire l’objet d’une lecture cursive, d’une lecture comparative, etc., tandis que d’autres sont étudiés en lecture analytique.

L’objectif du professeur n’est pas de parvenir à un nombre déterminé de lectures analytiques, mais d’ouvrir l’éventail des lectures et des approches artistiques, pour faire ressortir les liens entre les œuvres et leur originalité, et pour stimuler le désir de lire et de se cultiver chez l’élève.

Si l’objectif n’est donc pas quantitatif mais substantiel, il apparaît cependant que pour pouvoir juger avec équité l’ensemble des candidats, le descriptif doit faire figurer un nombre raisonnable de lectures analytiques.

Qu’attendre dans le cas d’un candidat isolé ?

 Le descriptif des lectures et activités est alors constitué par le candidat lui-même en conformité avec le programme de la classe de première. Une telle liste s’impose à l’examinateur si elle est conforme aux textes réglementaires en vigueur. En revanche, l’examinateur n’est pas lié par une liste non conforme à la réglementation. Il propose dans ce cas au candidat plusieurs œuvres et textes.

Le candidat a la possibilité de conserver sa liste de première dans son intégralité.

Que faire  si le descriptif d’un candidat  paraît insuffisant ?

L’épreuve orale concerne l’évaluation des acquis construits par le candidat lors de son parcours scolaire, et non l’évaluation du travail du professeur en charge de la classe à laquelle il appartient. En aucun cas il ne sera fait de commentaire sur la qualité supposée du descriptif.L’élève n’est aucunement responsable du contenu et de la qualité supposée du travail de l’année effectué par son professeur. Si le descriptif apparaît très insuffisant à l’examinateur, parce que, par exemple, il comporte peu de lectures ou l’absence de certains objets d’étude sans que le descriptif n’en mentionne la raison, l’examinateur signalera par écrit le fait au chef du centre d’examen.

De quels documents le candidat peut-il disposer ?

Pendant toute la durée de l’épreuve, temps de préparation inclus, le candidat dispose du descriptif et de la totalité des documents qui y  figurent, quel qu’en soit le support ou la forme.

Puis-je interroger le candidat sur les lectures cursives ?

Le texte officiel est bien clair :en aucun cas le candidat n'est interrogé, pendant la 1ère  partie de l'épreuve, sur les lectures cursives. L'extrait sur lequel est posée la question pour l’exposé est tiré d'un des groupements de textes ou d'une des œuvres intégrales étudiées en lecture analytique figurant sur le descriptif des lectures et activités.

èNB : Il appartient au professeur de bien distinguer dans son descriptif les lectures analytiques et les lectures cursives, et à l’examinateur de vérifier qu’il n’interroge pas sur une lecture cursive.

La partie « Entretien » de l’épreuve est le cadre pour interroger les candidats sur les lectures cursives, les activités personnelles et collectives, ainsi que les liens et échos entre tous les textes et documents de la séquence.

Quelle question poser ?

L’examinateur a toute liberté pour juger des questions à poser une fois qu’il a pris connaissance des descriptifs. Il convient surtout de ne pas déstabiliser le candidat et donc de veiller à formuler des questions simples et claires en cohérence avec les intitulés des séquences ou les problématiques qui figurent sur le descriptif.

Puis-je interroger pour une œuvre intégrale sur n’importe quel passage de l’œuvre ?

Un passage tiré d’une œuvre intégrale qui n’aurait pas fait explicitement l’objet d’une lecture analytique peut être proposé.  Il faut cependant garder à l’esprit qu’il s’agit là pour bien des élèves d’une difficulté supplémentaire et parfois insurmontable. Il convient donc d’en tenir le plus grand compte dans l’évaluation de la prestation.

Quelle est la longueur de l’extrait retenu pour l’exposé?

La longueur du texte ou de l'extrait à étudier ne peut être fixée dans l'absolu. Elle dépend en fait de la question posée et des éléments de réponse à rechercher dans le texte. On s'en tiendra donc à une limite inférieure (une demi-page, ou moins dans le cas d'une forme poétique brève, etc.) et à une limite supérieure (une page et demie, éventuellement deux pages pour un texte théâtral).Les professeurs doivent veiller durant l’année à ne pas proposer de textes d’une ampleur telle qu’ils ne peuvent que mettre l’élève en difficulté le jour de l’oral, lors de la première partie de l’épreuve.

Le candidat doit-il lire tout le texte ?

On peut demander au candidat de n’en lire qu’une partie, tout particulièrement quand l’extrait touche à la limite supérieure. Il s’agit uniquement de vérifier la capacité du candidat à lire à haute voix un texte littéraire qu’il a étudié. Toute lecture expressive qui fait entendre un projet de lecture pertinent doit être valorisée dans l’évaluation.

Lorsqu’il s’agit d’un texte théâtral, le candidat doit-il lire les noms des personnages ainsi que les autres didascalies?

Les Instructions Officielles ne sont pas prescriptives en la matière ; on laissera donc le choix au candidat.

Puis-je utiliser tout l’éventail des notes ?

Le texte officiel  précise que l'examinateur se donne pour principe d'utiliser toute l'échelle de notation. Il ajoutepour second principe de valoriser les éléments de réussite plutôt quede pénaliser les carences,de valoriser la culture personnelle manifestée à bon escient par le candidat.

Il rappelle aussi la nécessité de prendre en compte le caractère oral de l’épreuve et d’évaluer dans les trois grands domaines que l'on peut alors considérer comme essentiels : l'expression, la réflexion, les connaissances.

  Exposé Entretien
Expression et communication
Lecture correcte et expressive
Qualité de l'expression et niveau de langue orale
Qualités de communication et de conviction
Aptitude au dialogue
Qualité de l'expression et niveau de langue orale
Qualités de communication et de conviction
Réflexion et analyse

Compréhension littérale du texte
Prise en compte de la question
Réponse construite, argumentée et pertinente, au service d'une interprétation

Références précises au texte

Capacité à réagir avec pertinence aux questions posées pendant l'entretien
Qualité de l'argumentation
Capacité à mettre en relation et à élargir une réflexion
Connaissances Savoirs linguistiques et littéraires
Connaissances culturelles en lien avec le texte
Savoirs littéraires sur les textes, l'œuvre, l'objet ou les objets d'étude
Connaissances sur le contexte culturel

Il convient, par ailleurs, d’attribuer la note maximale aux excellentes prestations ainsi que de très hautes notes dès lors que l’examinateur décèle chez le candidat, en dépit de quelques insuffisances, une capacité à lire un texte littéraire et une authentique sensibilité et culture littéraires.

Puis-je mettre une note très basse ?

Il appert de tout ce qui précède qu’une note très basse ne peut être donnée à un candidat sur la seule appréciation de ses connaissances. Elle sera motivée par un faisceau de raisons : refus de répondre, réponses systématiquement sans aucune pertinence avec la question posée, absence avérée de compétences de communication. Comme elle apparaîtra moins comme une note que comme une sanction qui engage le regard que l’on portera sur le candidat dans toute sa formation postérieure,  et qu’elle engage aussi l’estime de soi, elle sera fixée avec le dernier scrupule. L’examinateur a conscience de la portée de la note d’examen dans le cursus de l’élève. En aucun cas, il ne sera fait de remarques blessantes ou moralisatrices au candidat, relatives par exemple à un manque de travail ou à une incapacité de réflexion. L’examinateur doit, en toutes circonstances, faire preuve de courtoisie et de bienveillance lors de l’accueil du candidat et de la conduite de l’épreuve.

Quelle appréciation porter sur le bordereau ?

Il est essentiel que le bordereau soit rempli très précisément et en cohérence avec la note attribuée. Des mentions générales ne suffisent pas, notamment à justifier une note basse. Celle-ci doit être attribuée à partir d’insuffisances précisément relevées et caractérisées. Ce bordereau est en effet le seul document qui permet d’apporter une réponse en cas de contestation du candidat.

ANNEXES

Exemple de présentation linéaire pour le descriptif

Académie de Nice

                                              

                           Epreuves Anticipées de Français, juin 2015

                                     

Lycée :

Ville :

Département :

Série et classe :

N° de la division :

Manuel en usage :

Titre :

Auteur :

Éditeur :

Année :

NOM du (de la) candidat(e) :

Prénom :

Date de naissance :

Documents joints : …... pages

Exemple pour une séquence d’étude d’une œuvre intégrale :

SÉQUENCE N° …… : étude d’une œuvre intégrale

TITRE DE L’ŒUVRE

NOM DE L’AUTEUR

Problématique : «………. » (obligatoire)

Objet(s) d'étude :reprendre l’intitulé des objets d’étude du programme de septembre 2011

Lectures analytiques retenues pour l’épreuve orale :(indiquer avec précision les références exactes du passage, début, fin, édition, etc.)

Études d’ensemble ou éléments de synthèse :

Autres lectures :

Autres travaux et activités personnelles(par exemple TPE, sorties culturelles, étude d’images fixes et mobiles, liens avec l’histoire des arts, les langues et cultures de l’antiquité) : 

Exemple pour une séquence d’étude d’un groupement de textes :

SÉQUENCE N° …… : étude d’un groupement de textes

TITRE DE LA SÉQUENCE

Problématique : «………. » (à distinguer du titre et obligatoire)

Objet(s) d'étude :reprendre l’intitulé des objets d’étude du programme de septembre 2011

Pour l’exposé :

Lectures analytiques retenues pour l’épreuve orale :(indiquer avec précision les références exactes du passage, début, fin, édition si nécessaire, etc.)

Pour l’entretien :(il n’est pas nécessaire de renseigner chacune des rubriques)

Études d’ensemble ou éléments de synthèse :

Autres lectures :

Autres travaux et activités personnelles(par exemple TPE, sorties culturelles, étude d’images fixes et mobiles, liens avec l’histoire des arts, les langues et cultures de l’antiquité) : 

Exemple de présentation tabulaire

Descriptif pour les épreuves orales de l’EAF, session 2015,

Établissement 

Ville :

Nom et prénom de l’élève :

Classe et série :

OBJET D’ETUDE

Pour rappel, 3 O.I. et 3 G.T. au minimum.

LECTURES ANALYTIQUES LECTURES CURSIVES, DOCUMENTS COMPLEMENTAIRES, ACTIVITES.

Exemple pour une séquence d’étude d’une œuvre intégrale :

Objet d’étude

reprendre l’intitulé des objets d’étude du programme de septembre 2011

Œuvre intégrale :

Auteur/ Titre

Problématique :(à distinguer du titre et obligatoire)

Études d’ensemble ou éléments de synthèse :

Séquence n° :

Texte1 :

Texte2 :

Texte3 :

 Texte4 :

(indiquer avec précision les références exactes du passage, début, fin, édition, etc.)

(il n’est pas nécessaire de renseigner chacune des rubriques)

Lectures cursives :

Histoire des arts/ Langues et cultures de l’Antiquité :

Activités :

Exemple pour une séquence d’étude d’un groupement de textes :

Objet d’étude

reprendre l’intitulé des objets d’étude du programme de septembre 2011

Titre :facultatif

Problématique :(à distinguer du titre et obligatoire)

Études d’ensemble ou éléments de synthèse :

Séquence n° :

Groupement de textes :

Texte1 :

Texte2 :

Texte3 :

Texte4 :

(indiquer avec précision les références exactes du passage, début, fin, édition si nécessaire, etc.)

(il n’est pas nécessaire de renseigner chacune des rubriques)

Lectures cursives :

Histoire des arts/ Langues et cultures de l’Antiquité :

Activités :

Connexion