Caligula : BAC BLANC 2011 - Proposition de corrigé

 

BAC BLANC 2011 - Proposition de corrigé 

 

1)    COMMENTAIRE de l’extrait des Bonnes de GENET

 

Problématique : dans quelle mesure cette scène propose-t-elle la théâtralisation d’un conflit social (lutte de classes) ?

 

I  Une scène « de genre » et de conflit

 

  1. Une scène de genre : tableau de la vie quotidienne bourgeoise :

-          la chambre : accessoires (vêtements, tilleul, …)

-          la situation : moment intime de la toilette avant sortie mondaine (la maîtresse en hâte se prépare avec l’aide de sa servante)

  1. Un conflit

-          en paroles (explicite/implicite)

-          en gestes (posture dominant/dominé + rébellion cachée du crachat)

 

II Une mise en abyme (ou abîme) – théâtre dans le théâtre

 

  1. Parodie d’un rapport dominant/dominé

-          imitation de la maîtresse (riche, autoritaire, tyrannique, hypocrite et perverse)

-          imitation de la servante (accent snob parodié , situation de fausse soumission/ rébellion implicite, hypocrite)

-> catharsis double (pour les bonnes, pour le public) + parodie du théâtre bourgeois (vaudeville ?)

       2. Satire 

              - critique de la société (caricature de la bourgeoisie, mondaine, narcissique,   égoïste) + critique de la femme : futile (paraître > être) et dominatrice

-          rapport maître/esclave = cliché politico-social (intention polémique de Genet, écrivain engagé ?)

 

Conclusion :

 

Théâtre d’idées/ théâtre engagé ; personnages stéréotypés ; caricatures proches du théâtre de MOLIERE (le Bourgeois gentilhomme) ou du théâtre de boulevard/vaudeville (FEYDEAU) ; annonce théâtre de l’absurde (La Leçon de IONESCO, En attendant Godot de BECKETT avec duo Lucky/Pozzo)

-  Citations de Genet (Préface des Bonnes) :

 « Je vais au théâtre afin de me voir sur la scène (…) tel que je ne saurais, - ou n’oserais -, me voir ou me rêver, et tel que je sais être. »

Ou autre extrait des Bonnes : « C’est facile d’être bonne et souriante, et douce. Quand on est belle et riche ! Mais être bonne quand on est bonne… »

 

2) DISSERTATION

 

Problématique : Le conflit tient-il une place essentielle au théâtre ? 

 

I Le conflit au centre du théâtre

 

A) Types de conflit en tous genres (tragédie, drame ou comédie)

  1. Conflit du dramaturge avec la critique ou le public (La critique de L’Ecole des Femmes suite de L’Ecole des femmes de MOLIERE)
  2. Conflit interne/intérieur des personnages (dilemme tragique chez les classiques : Le Cid de Racine, voire chez les romantiques : Ruy Blas de V. HUGO)
  3. Conflit externe/extérieur (dans la famille : Tartuffe de MOLIERE, dans la patrie : croisade contre les Maures dans Le Cid de CORNEILLE, Grecs/Troyens dans Iphigénie de RACINE)

B) Enjeux théâtraux

1. Enjeu dramatique (actions, rebondissements Horace de CORNEILLE ; actes/psychologie des personnages, Roberto Zucco de B.M. KOLTES ; mise en scène spectaculaire/gestuelle)

2. Enjeu « littéraire » (registre polémique ; argumentation ; dénonciation ; Britannicus de RACINE)

3. Enjeu thérapeutique (« catharsis »/purgation des passions < Aristote

 

II Mais conflit lié à d’autres thèmes théâtraux et présent dans d’autres genres :

 

A) Lié à d’autres thèmes

  1. Le pouvoir politique ou religieux (La Reine Morte ou Port-Royal de MONTHERLANT, Cinna de CORNEILLE)
  2. L’amour (Britannicus de RACINE, Ruy Blas Hugo…)
  3. L’argent (L’Avare Molière)…

B) Le conflit dans d’autres genres littéraires :

      1. La poésie (engagée ; ex : « La rose et le réséda » ARAGON)

      2. Le roman (policier…, ou à thèse :  Le dernier jour d’un condamné de V. HUGO)

      3. La lettre ouverte (« J’accuse ! » de ZOLA à propos de l’affaire DREYFUS) ou l’essai (Le Traité sur la Tolérance de VOLTAIRE à propos de l’affaire Calas)

 

Conclusion :

 

-          Théâtre, miroir de la société ?

-          Citation de HUGO (Préface d’Angelo, tyran de Padoue 1835) : « Dans le plus beau drame il doit toujours y avoir une idée sévère, comme dans la plus belle femme il y a un squelette. »

-          Citation de GENET : « Ecrire, c’est lever toutes les censures. »

 

 

 

Connexion