Le numérique en Lettres

Comment aiguiser le plaisir de lire et d'écrire de tous les élèves quelles que soient leurs compétences initiales? Assurément miser sur leurs qualités créatrices  est une piste productive. Ecrire pour être lu.e et corrigé.e par le seul professeur n'est guère valorisant et n'engage que peu au dépassement aujourd'hui, à l'originalité. Les élèves ne se lisent pratiquement jamais les uns les autres et ne souhaitent d'ailleurs pas que les imperfections de leurs productions soient affichées.

Et pourtant... Mettre les élèves en situation de produire et de s'entrelire anonymement pour participer à une oeuvre commune, voilà qui peut effacer honte et réticences des jeunes scripteurs et initier une dynamique créatrice motivante. 

Les supports d'écriture collaborative rencontrent un grand succès. Framapad, par exemple, produit libre de Framasoft, est de plus en plus utilisé par les collègues de Lettres pour faire brouillonner, construire, réécrire des textes, des synthèses à plusieurs en classe ou hors temps scolaire. Cependant si chacun peut participer, la prise en compte du texte de l'autre n'est pas assurée et le texte n'est pas anonyme. 

Une plateforme française d'un développeur bénévole permet depuis peu de lancer l'écriture d'un texte produit, chapitre après chapitre, par des élèves: ils poursuivent une amorce proposée par le professeur, peuvent voter pour la suite qui leur parait la plus réussie. Le gagnant est de fait accepté comme tremplin du chapitre suivant. Il est possible de faire corriger sa production à l'élève avant publication par l'ajout de consignes personnalisées. 

 La présentation dynamique qui suit détaille les principales fonctionnalités et quelques pistes pédagogiques amenées à s'étoffer grâce aux idées que vous pourrez partager en fin de document sur un formulaire.

Bonne lecture.

 

Le numérique modifie les pratiques d'écriture et de lecture dans la société, hors de la classe. Les usages et compétences observés dans le champ de la litéracie numérique peuvent-ils renouveler l'étude de la littérature en classe? En particulier la fanfiction, modalité d'écriture qui s'appuie sur un "produit culturel de masse" et en explore les possibles n'est-elle pas à même de susciter, raviver chez les élèves le goût de la lecture et de l'écriture?

Ces questions animent la recherche et spécialement les travaux de Magali Brunel qui a mené en 2016-17 une expérimentation, soutenue par la DANE et le corps d'inspection de Lettres, dans l'académie de Nice, sur la transposition didactique de la fan fiction avec Virginie Schol, professeur au collège du Beausset (Var). Cette année le dispositif expérimental a été reconnu par les TraAM 2018 tandis que l'ensemble des enseignants de français du collège s'est engagé dans la poursuite de l'expérimentation.

Les premiers résultats sont encourageants. Voyez plutôt: 

TraAM 562648.95

 A suivre...