Les chiffres du FLE/FLS

Les chiffres nationaux

La direction de la programmation et du développement a organisé une enquête sur la scolarisation des élèves nouveaux arrivants : « Durant l’année scolaire 2000-2001, 13 000 élèves nouveaux arrivants non francophones ont été accueillis dans le premier degré et 14 000 dans le second degré »[1]. L’observation de février 2005 donne des chiffres encore plus élevés : 17 308 élèves sont scolarisés à cette date dans le premier degré et 20 005 dans le second degré collèges, lycées d’enseignement général et lycées professionnels confondus.

La majorité d’entre eux sont scolarisés dans des classes spécifiques dont les effectifs varient au cours de l’année. Dans le second degré, qui nous intéresse, les structures d’accueil ont surtout été créées dans les collèges :

 

Type de classe

 Nombre de classes

Dont classes en ZEP ou en REP

Collège

LGT

LP

Total

CLA

504

23

39

566

231

CLA-NSA

46

 

 

46

11

Modules d'accueil temporaires

170

8

13

191

68

Total

720

31

52

803

310

 

Nombre de classes du second degré accueillant des élèves nouveaux arrivants (observation février 2005)[2]

 

 

Les élèves non francophones inscrits en collège représentent 45,78% de l’ensemble des élèves nouveaux arrivants non francophones. On constate donc que les élèves arrivent de l’étranger déjà à un âge avancé pour ce qui est de l’apprentissage d’une nouvelle langue de scolarisation. Les structures de collège existent et accueillent un grand nombre d’élèves. Toutefois, les résultats de l’enquête de 2001 montraient que 629 élèves étaient en attente d’affectation. Cette situation se produit encore fréquemment malgré les efforts entrepris.

 

 Chaque académie n’a pas à se préoccuper dans les mêmes proportions de l’accueil des non francophones. Les académies d’Aix-Marseille, de Créteil, d’Orléans-Tours et de Versailles sont celles qui accueillent le plus grand nombre de nouveaux arrivants. C’est donc l’Ile-de-France qui regroupe une bonne partie des élèves concernés; mais certaines académies de province ont des effectifs importants ; c’est le cas d’Aix-Marseille ou encore de Montpellier. Notons qu’il aurait été intéressant de connaître les chiffres de ces trois dernières années dans la mesure où nous savons que les effectifs ont fortement augmenté. À titre indicatif, nous signalerons que dans l’académie de Nice depuis 2001, dix classes d’accueil ont été créées en collège.

 

  

Les différentes académies ont donc mis en place des dispositifs d’accueil qui sont fonction du nombre d’élèves à accueillir et de leur répartition géographique. Nous devons cependant signaler que la scolarisation des enfants non francophones relève souvent du parcours du combattant pour les familles.

 



[1] Note d’information 01.57 « Les élèves nouveaux arrivants non francophones et leur scolarisation dans les différents dispositifs d’accueil », DPD, décembre 2001.

[2] Source : DEP, février 2005.

 

 

Connexion