Le fantastique: récit et adaptation filmique

LE MASQUE DE LA MORT ROUGE D’EDGAR ALLAN POE,

IN 10 NOUVELLES FANTASTIQUES,

CASTOR POCHE

Adaptation cinématographique de 8 mn 15, libre de droits et téléchargeable, de Jean Monset et Tim sur http://masque.mort.rouge.free.fr/

le_film

presentation_storyboard

 

INSERTION DANS LA PROGRESSION ANNUELLE :
Cette étude peut être insérée dans une séquence sur le fantastique, elle peut aussi faire l’office d’un prolongement ou d’une introduction à l’étude de nouvelles ou d’un roman fantastique.


OBJECTIFS PEDAGOGIQUES EN CLASSE DE QUATRIEME :
• Lecture de l’image mobile. Plusieurs questions peuvent alors être soulevées : celle de la fidélité de l’adaptation au texte, celle des écarts par rapport au texte et de la part d’inventivité des réalisateurs.
• Le fantastique en classe de quatrième.



ETUDE
Pour commencer :
• La narration est intérieure, page 52, on trouve l’expression « comme je l’ai dit », marque de cette intériorité. On se demandera pourquoi le choix d’une narration intérieure et donc d’un point de vue interne. En parallèle avec le court métrage, découvert à ce moment-là, les élèves se demanderont si et comment cette subjectivité apparaît.
• Le court métrage est un dessin animé (film d’animation) ce qui interpelle les élèves, je travaille sur ce choix : pourquoi ce choix de dessin animé ? Ce qui permet d’insérer la notion de fantastique au sens étymologique. A la fin de la séquence, je leur montre le Making Of où cela est expliqué.

Arrêt sur la séquence filmique qui présente les sept salles :
La nouvelle d’Edgar Poe se prête parfaitement à l’étude de la description, notamment dans les pages 46 et 47, la description des sept salles, qui contribue à la création d’une atmosphère fantastique.
• Cette description permet l’étude des expansions du nom que je fais relever et classer par fonctions grammaticales.
• Elle permet aussi l’étude de l’objectivité et de la subjectivité du descripteur (arrêt sur les degrés de l’adjectif qualificatif).
• Enfin, elle permet l’étude du mouvement de la description.
Je distribue ensuite une fiche bilan que la description, puis je donne une évaluation.

presentation_dessin

Enfin, le message caché, quand le fantastique côtoie la réalité :
• La Mort (et la Maladie, la peste) personnifiée nous traque où que nous soyons, où que nous fuyons, c’est la misérable et fatale condition de l’homme que j’ai l’habitude de mettre en relation avec la préface de La Mécanique du diable de Philip Pullman, Castor Poche, que j’étudie après cette micro séquence.
• Le rôle de l’horloge dans Le Masque de la Mort Rouge et dans son adaptation est le même que dans La Mécanique du diable, on s’interrogera sur ce rôle du temps qui passe et qui nous tue.
• Dans le film, au moment où la Maladie arrive, le rythme s’accélère, dans la nouvelle, il y a foisonnement des verbes d’action. Pourquoi ? C’est la précipitation vers une fin funeste.
• On peut visionner à nouveau le court métrage en faisant relever tous les signes annonciateurs du funeste (ne pas oublier de travailler sur l’omniprésence de la musique de Michiru Yamane qui contribue à créer une atmosphère).

Sur le site, on trouve une rubrique « Présentation » et une rubrique « Making Of » qu’il est intéressant de montrer aux élèves car elles sont riches d’informations techniques.




AUTRE PROPOSITION :
On peut suivre le schéma narratif de la nouvelle, ce qui permettra aussi d’étudier le court métrage de plus près, et de suivre le déroulement chronologique du récit.

le_masque_de_la_mort_rouge

 

 

Le court métrage de 8 mn 15 rend compte de l’ordre chronologique et des grandes étapes du récit en les annonçant par des phrases tirées du texte de base.
- La situation initiale : « la mort rouge avait pendant longtemps dépeuplé la contrée », ligne 1 du texte.
• Séquence filmique : silhouettes de personnages qui meurent.
• Séquence filmique : description des ravages de la Mort Rouge. On assiste aussi à une mort, une agonie, en direct, celle d’un « garçon » : injustice de celle qui frappe sans voir (le mélange des registre : le tragique et le pathétique).  
• Travail sur la symbolique des couleurs : le noir, le blanc et le rouge.

MISE EN PLACE D’UN CADRE MACABRE.
NUL NE SEMBLE POUVOIR ECHAPPER A LA MORT.
MUSIQUE VIOLENTE.



- Elément perturbateur : « Quand ses domaines furent à moitié dépeuplés, il convoqua un millier d’amis vigoureux et allègres de cœur et se fit avec eux une retraite dans un abbaye fortifiée. »
• Séquence filmique : le départ du prince Prospero (prospère, tranquille) pour l’abbaye, lieu saint, lieu de paix.
• Séquence filmique : le long cheminement : arbres qui défilent, silhouette qui regarde au loin l’abbaye, lieu porteur d’espoir, c’est le prince. Notion de locus amoenus.
• Séquence filmique : Ces gens entrent dans l’abbaye dont les portes de l’entrée sont des crocs… laissant percevoir un danger imminent qui se referme sur eux.

- Les péripéties :
• Séquence filmique : le TITRE apparaît à ce moment-là, après l’élément perturbateur, comme pour montrer que c’est à ce moment-là que commencent la véritable histoire et le véritable message de l’œuvre… Vision d’une abbaye aux hauts remparts : infranchissables… d’une croix : lieu saint donc protégé… Croit-on… (?)
• Séquence filmique : « Pendant que le fléau sévissait au dehors, le prince Prospero organisa un bal masqué dans une enfilade sinueuse de sept salles. » page 45 « Ce fut vers la fin du cinquième … » : organisation d’un bal pour divertir et récompenser ses disciples.
La séquence du bal est entrecoupée par la description.
• Séquence filmique : la description de la décoration de l’abbaye ; vision des sept chambres (page 46) de couleurs différentes dont la dernière, noire et rouge, contient une horloge « aux coups sonores » que l’on n’entend pas dans le court métrage. Avant l’image de chaque chambre, celles-ci sont annoncées par l’insertion d’une phrase tirée du texte de base. Etude des expansions du nom.  
• Séquence filmique : un gros plan sur l’horloge dont on définira le rôle.
• Séquence filmique : le retour au bal, notion de divertissement, « Mais en dépit de tout cela, c’était une joyeuse et magnifique fête », page 49.

- L’élément de résolution :
• Séquence filmique : les douze coups de minuit retentissent.
• « A cet instant… » page 52 + film : étude de l’irruption du masque de la Mort Rouge : le prince la poursuit. Etude des verbes d’action et de l’accélération du rythme.

- La situation finale :
• Séquence filmique : la mort du prince et des autres : le triomphe de la mort rouge.
• Cette situation finale permet de se questionner sur le message de l’œuvre et d’introduire l’étude de La Mécanique du diable de Philip Pullman dont la préface contient le même message. Un message désespéré… contre toutes formes de croyances.

Caroline Farge

 

Connexion