LE SITE DE LETTRES DES COLLEGES
VICTOR HUGO DE GASSIN
et
MOULIN BLANC DE SAINT-TROPEZ 

bannierelettres.jpg
  

6ème/5ème

Fermer 1. BIBLIOGRAPHIE

Fermer 2. ENTRER EN 6°

Fermer 3. GRAMMAIRE

Fermer 4. Langues cultures de l'ANTIQUITE

Fermer 5. HIST. ARTS 3 : Renaissance

4ème/3ème

Fermer 1. BIBLIOGRAPHIE

Fermer 21 TEXTES CLES : l'autobiographie

Fermer 31 HISTOIRE DE LA LITTERATURE

Fermer 32 HIST. ARTS 1 : modalités épreuve, méthodologie

Fermer 32 HIST. ARTS 2 : Arts, Etats et pouvoir.

Fermer 32 HIST. ARTS 3 : Arts, créations, cultures

Fermer 32 HIST. ARTS 4 : Arts, espace, temps

Fermer 41 ROMAN 1 : Si c'est un homme, Primo LEVI

Fermer 41 ROMAN 2 : Le Vieux qui lisait des romans d'amour, Luis SEPULVEDA

Fermer 41 ROMAN 3 : Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, Dai SIJIE

Fermer 42 THEATRE 1 : le genre littéraire

Fermer 42 THEATRE 2 : Loin de Verdun, Dominique TCHORYK

Fermer 44 CINEMA 1 : Le Pianiste, Roman POLANSKI

Fermer 5. LE BREVET

Fermer 6. LE LYCEE

Fermer 7. Langues cultures de l'ANTIQUITE

Fermer 8. GRAMMAIRE

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 46 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Calendrier
RETOUR

retour.gif

42 THEATRE 2 : Loin de Verdun, Dominique TCHORYK - LOIN DE VERDUN 2, éléments d'analyse

     LDV01.jpg  LDV08.jpg   LDV02.jpg


LOIN DE VERDUN
   
ELEMENTS D’INTERPRETATION / REPONSES D’ELEVES.
 
Le mot du comédien.
Pour éclairer avec un regard d'aujourd'hui le caractère explicatif et émotionnel de ces écrits, nous avons conçu une situation théâtrale qui traite de l’oubli, de la perte de la mémoire historique, des fossés entre générations.
Nous avons imaginé un huis-clos centré sur un quinquagénaire découvrant des lettres de son grand père « poilu» alors que lui-même se trouve aux prises avec ses propres « guerres » : économique et familiale….
Ce spectacle confronte sur scène différents médias (lettre, Internet, téléphone …), et traite aussi des difficultés actuelles à s’écouter, se comprendre et se souvenir en dépit de l’augmentation exponentielle des moyens de communication.
Dominique Tchoryk (Juin 2008)
 
La pièce en quelques lignes.
Un publicitaire découvre les lettres écrites par son grand-père durant la Première Guerre Mondiale. Au fur et à mesure de la lecture, des ennuis altèrent son humeur : son entreprise est menacée par la faillite, il ne parvient plus à communiquer avec son fils Kévin. Cette lente descente aux enfers suit le découragement qu’exprime le soldat au fur et à mesure du conflit. Des photographies de la guerre ponctuent le spectacle et renforcent sa dimension émotionnelle.
 
Quelques événements relatés dans les lettres, par ordre chronologique.
1° lettre du 25 août 14, à Autun
01/10/14 : Lucien blessé pour la 1° fois
27/02/15 : 20 jours de tranchée, poux et rats dans la gamelle « Vivement la relève ! »
02/04/15 : 1° charge : « j’ai tué des Bosch ! ». Quelques jours plus tard, blessé à la tête. 40 survivants sur 180…
01/05/15 : attaque à la baïonnette, « une boucherie ». Lucien a tué « 3 Bosch ». Quelques jours plus tard, 5 éclats dans la figure et la mâchoire.
28/05/15 : utilisation des masques à gaz
23/07/15 : « j’ai tué 3 Bosch qui ne m’avaient rien fait »
10/04/16 : « faut pas dire la vérité dans ce métier »
Avril 1916 : contacts et fraternisation entre les 2 armées.


Réponses d’élèves.

 
  1. Présentation la pièce 
    « Loin de Verdun » est une pièce de théâtre qui a été créée en septembre 2008 par Dominique Tchoryk. Il appartient à La Compagnie des Transports Imaginaires de Bourges qui est une compagnie théâtrale professionnelle créée en 2000. Dominique Tchoryk est donc à la fois le metteur en scène et l’auteur de cette pièce mais il est également le seul comédien sur scène pour ce spectacle.
    LDV06.jpg
    Le fils d’un « poilu » de Bourges, âgé de 80 ans a confié à Dominique Tchoryk des lettres écrites par son père sur le front entre 1914 et 1918, car son propre fils ne voulait pas les conserver. Ainsi c’est ce geste qui inspira le projet de ce spectacle.
    Cette pièce est l’histoire d’un homme divorcé venant de créer son agence de publicité. Un jour, il découvre les lettres écrites par son grand-père « un poilu » durant la Première Guerre Mondiale. Au fur et à mesure de la lecture de ses lettres, cet homme se retrouve aux prises avec ses propres « guerres » : guerre économique avec la faillite de son entreprise, guerre familiale puisqu’il doit gérer les problèmes de communication avec son fils, Kévin. Ainsi on assiste à une véritable descente aux enfers de cet homme semblable à celle des poilus, au fur et à mesure du conflit. 
         
  1. Le « théâtre » : l'art de « représenter », de donner à « voir » (théaomaï en grec : je regarde), l'art du "spectacle" (specto en latin : je regarde)  
    • Le cadre spatio-temporel de l’action principale                                                     

      Cette pièce de théâtre se déroule dans le bureau du héros de la pièce. En effet, celui-ci est le patron d’une agence de publicité Mediacom. Cette pièce est traitée sous la forme d’un huis-clos car elle se déroule dans un lieu unique avec un seul acteur présent du début à la fin de l’histoire comme si toutes les « portes » étaient fermées.

      LDV04.jpg
       

      L’action principale semble se dérouler de nos jours puisque divers moyens technologiques actuels sont mis en scène : Internet et téléphone. Le décor de la pièce est très simple et sobre. Sur la scène un bureau et des chaises ont été installés. Seules des lettres et un rétroprojecteur sont utilisés dans cette pièce. Des photographies de la Première Guerre Mondiale ponctuent le spectacle. C’est donc une mise en scène dépourvue de tout objet inutile ou futile, ce qui nous ramène à faire le parallèle avec les poilus qui vivaient dans les tranchées à même la boue sans rien d’autre que leur fusil à la main.

    • Le(s) personnage(s)
                       Le personnage sur scène est interprété par Dominique Tchoryk ; grâce à la voix de son associé sur le répondeur, on apprend qu’il se prénomme Bruno. Il a une cinquantaine d’années, et vient de créer, avec son associé Thierry, son agence de publicité, Médiacom : malgré les difficultés pour faire démarrer son entreprise, il semble optimiste et enthousiaste. Il est divorcé et se dispute souvent avec son fils Kévin, qui lui reproche de ne jamais être disponible tandis qu’il lui demande de moins dépenser d’argent pour son forfait, de mieux travailler à l’école...
         Il se nourrit de chips et de bières car il n’a pas le temps de faire un vrai repas. Il aime bien la musique des Dire Straits, qu’on entend au début et à la fin de la pièce. Il est habillé de façon décontractée d’un jean, et d’un gilet sans manche sur une chemise, un peu comme un cow-boy. L’histoire de Bruno pourrait être celle de n’importe quel homme de notre époque, c’est pourquoi certains commentaires le désignent comme l’ « Homme ».

      LDV05.jpg
      Certains commentaires de la pièce désignent le personnage comme l’Homme car il faut comprendre que cet homme est le reflet de toute une société qui a des problèmes pour s’écouter, se comprendre et surtout se souvenir en dépit du grand nombre de moyens de communications mis à sa disposition : portable, SMS, MSN, Internet, lettre, film…
       Les autres personnages, qui ne sont pas sur scène, sont le fils de Bruno, Kévin ; son ami Thierry, avec qui il a monté son entreprise ; ses clients, à qui il propose un projet ; sa banquière, qui s’inquiète car il ne gagne pas d’argent pour l’instant. Ces personnages sont très importants car ils font progresser l’histoire même si on ne les voit pas : au fil de la pièce Bruno et son fils se disputent par téléphone et finissent par se brouiller ; les clients lui font savoir qu’ils refusent son projet, et la banque l’abandonne ce qui signifie la fin de son entreprise. Bruno, qui communique avec beaucoup de monde pendant la pièce, se retrouve finalement seul : c’est sans doute pour souligner cette solitude que le metteur en scène a choisi de nous montrer un seul personnage.                              
  1. Les trois guerres.  
    Dominique Tchoryk utilise dans « Loin de Verdun » comme moyens techniques la photographie en noir et blanc et les lettres pour nous permettre de nous représenter la vie quotidienne d’un poilu. Cela nous renvoie au passé car il nous rappelle notre devoir de mémoire envers les poilus qui ont supporté l’enfer : boue, poux, rats, faim, soif, morts… pendant la Première Guerre Mondiale lorsqu’ils vivaient dans les tranchées.

    LDV11.jpg
     
    D’autre part, il esquisse un parallèle entre la Première Guerre Mondiale 14-18 et la guerre économique dont les hommes sont victimes aujourd’hui. Pour cela,  il utilise Internet et le téléphone portable comme moyens techniques pour représenter un chef d’entreprise du XXIème siècle. La vie de ce chef d’entreprise nous apparaît être difficile et en proie à des faillites incessantes. Il passe donc de l’enthousiasme au découragement et finalement les lettres vont l’aider à trouver des réponses très anciennes et lui permettent de surmonter son chaos personnel.
     
    LDV07.jpg 
    Ainsi après une mise en scène de la guerre 14-18, puis de la guerre économique du XXIème siècle, on assiste à une mise en scène d’une guerre familiale : celle du conflit des générations où un fossé géant existe entre le père et le fils malgré un nombre important de moyens de communication. La vie de cet homme divorcé est donc très compliquée dans notre monde où tout le monde ne se préoccupe que de soi sans se soucier des autres. Finalement, cette pièce est donc à la fois un témoignage historique sur la guerre 14-18 et sur notre vie actuelle où la communication et la compréhension sont parfois impossibles.

          
LDV10.jpg 
 

Date de création : 10/03/2012 @ 03:30
Dernière modification : 20/03/2012 @ 07:22
Catégorie : 42 THEATRE 2 : Loin de Verdun, Dominique TCHORYK
Page lue 4941 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^