LE SITE DE LETTRES DES COLLEGES
VICTOR HUGO DE GASSIN
et
MOULIN BLANC DE SAINT-TROPEZ 

bannierelettres.jpg
  

6ème/5ème

Fermer 1. BIBLIOGRAPHIE

Fermer 2. ENTRER EN 6°

Fermer 3. GRAMMAIRE

Fermer 4. Langues cultures de l'ANTIQUITE

Fermer 5. HIST. ARTS 3 : Renaissance

4ème/3ème

Fermer 1. BIBLIOGRAPHIE

Fermer 21 TEXTES CLES : l'autobiographie

Fermer 31 HISTOIRE DE LA LITTERATURE

Fermer 32 HIST. ARTS 1 : modalités épreuve, méthodologie

Fermer 32 HIST. ARTS 2 : Arts, Etats et pouvoir.

Fermer 32 HIST. ARTS 3 : Arts, créations, cultures

Fermer 32 HIST. ARTS 4 : Arts, espace, temps

Fermer 41 ROMAN 1 : Si c'est un homme, Primo LEVI

Fermer 41 ROMAN 2 : Le Vieux qui lisait des romans d'amour, Luis SEPULVEDA

Fermer 41 ROMAN 3 : Balzac et la Petite Tailleuse chinoise, Dai SIJIE

Fermer 42 THEATRE 1 : le genre littéraire

Fermer 42 THEATRE 2 : Loin de Verdun, Dominique TCHORYK

Fermer 44 CINEMA 1 : Le Pianiste, Roman POLANSKI

Fermer 5. LE BREVET

Fermer 6. LE LYCEE

Fermer 7. Langues cultures de l'ANTIQUITE

Fermer 8. GRAMMAIRE

Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe :


 Nombre de membres 44 membres


Connectés :

( personne )

Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Calendrier
RETOUR

retour.gif

44 CINEMA 1 : Le Pianiste, Roman POLANSKI - Le Pianiste 3 : l'affiche française du film

LEVI_AFFICHE_PIANISTE1.jpg

Introduction.
Récompensé par une Palme d’or en 2002, puis l’année suivante par plusieurs Césars et trois Oscars, le Pianiste est un grand film de Polanski. Il évoque l’histoire authentique vécue par un pianiste juif polonais Władysław Szpilman, à Varsovie, pendant la Seconde Guerre mondiale. L’affiche française du film sera l’objet de notre étude. Nous analyserons d’abord en quoi elle remplit sa fonction d’information puis nous verrons comment, en représentant une scène insolite mais symbolique, elle évoque un moment crucial de l’histoire et révèle ainsi un des sens clés du film. Nous découvrirons enfin que cette photographie rappelle curieusement une célèbre fresque…
 
  1. Une fonction d’information et d’appel.
Une affiche de film donne, par définition, les indications essentielles sur l’œuvre. Le cadre spatiotemporel est ainsi annoncé : l’uniforme allemand permet de situer l’action pendant la seconde guerre mondiale ; l’espace, quant à lui, constitué par une chambre sombre et une fenêtre par laquelle entre un rayon lumineux, est relativement fermé, annonçant peut-être une histoire au cadre intimiste. Les personnages suggérés sont au nombre de deux : un officier de la Wehrmacht et un civil, le fameux « pianiste », comme l’annonce le titre du film. L’officier, debout, en position dominante, écoute la musique, après avoir déposé son képi sur le piano. Les noms des acteurs, se retrouvent écrits en parallèle sous chacun des personnages, ce qui confirme leur rôle clé dans l’histoire. L’affiche rappelle enfin la récompense obtenue par ce long métrage au festival de Cannes ; les fonctions d’information et d’appel sont ainsi activées : ce film de Polanski, racontant l’histoire d’un pianiste pendant la seconde guerre mondiale, est une œuvre majeure qu’il faut aller voir…
 
  1. Une scène insolite.
Si cette affiche donne des informations essentielles, elle suscite, en revanche, peut-être encore plus d’interrogations qu’elle ne donne de réponses. La scène évoquée est d’abord très insolite : la présence d’un officier allemand au côté d’un pianiste suggère que le thème de la guerre sera lié au thème de la musique, ce qui contraste avec les films habituels sur la seconde guerre mondiale. Insolite également cette façon de suggérer la présence des personnages en montrant seulement leur main droite et une partie de leur bras. Sans doute est-ce une façon de « dépersonnaliser » les protagonistes qui deviennent ainsi des symboles : le faible et le puissant, la musique et la guerre, l’art et la barbarie. La blancheur des lettres et du rayon de lumière contraste avec la pénombre qui règne dans la pièce, suggérant alors un monde manichéen oscillant entre la vie et la mort.
 
  1. Une scène symbolique.
Mais précisément, ce rayon de lumière éclaire le centre géométrique de la photo : les diagonales du rayon et des bras se croisent au niveau du piano qui, occupant une grande partie de l’espace, devient quasiment un des « personnages » clés de l’histoire ! Les mains elles-mêmes, éclairées par la lumière, s’alignent sur la même diagonale et semblent se rejoindre au contact du piano : dans un moment de « grâce » hors du temps, où l’officier en posant son képi redevient homme, la musique réunit deux êtres que tout peut opposer ; en pleine guerre, le temps s’arrête, les deux personnages se trouvent réunis par la musique, moment d’humanité profonde et partagée, comme pour signifier que la musique pouvait, pour un moment au moins, l’emporter sur la guerre, l’art sur la folie, la civilisation sur la barbarie… Un magnifique témoignage sur la puissance de l’art comme source de (sur)vie qui fait manifestement écho à une fresque célèbre de Michel Ange sur la voûte de la Chapelle Sixtine.
 
  1. L’Art source de vie.
En effet, les mains du pianiste et de l’officier qui se rejoignent rappellent les mains de Dieu et d’Adam, dans la célèbre Création d’Adam. Le Créateur ayant donné vie à sa créature lui donne aussi sa liberté et le laisse partir. L’officier allemand, musicien, offre à son tour une seconde vie au pianiste en l’écoutant… Par la suite, on découvrira, dans le film, que l’officier apporte à manger à Wladek et lui donne même son manteau. On comprendra peut-être mieux ainsi pourquoi un rayon de lumière si vif traverse la pièce pour se poser sur le piano et les deux mains…
 
Conclusion.
On l’aura compris, cette affiche annonce certes des informations importantes sur le film, elle suscite la curiosité et donne envie de découvrir ce chef-d’œuvre. Mais elle suggère aussi une des grandes thématiques du film : résistant à « l’émiettement de sa psychologie », « la victime survit grâce à sa passion pour l’art et sa force de volonté », comme l’explique Polanski lui-même. Alors que la Barbarie vise à tuer cette part d’humain intrinsèque à l’individu et à réduire l’homme, dans le meilleur des cas, à ses seules fonctions vitales, donc à sa seule animalité, l’Art lui permet de survivre, exactement comme Primo Lévi trouvait, en récitant quelques vers de Dante, la force de résister à « l’Enfer » des Camps de Concentration… 

   LEVI_CREATION0.jpg LEVI_CREATION1.jpg LEVI_CREATION1.jpg
      La Création d'Adam, fresque située sur la voûte de la chapelle Sixtine, peinte par Michel-Ange de 1508 à 1512.

      LEVI_CREATION3_PASTICHE.jpg  LEVI_CREATION2_PASTICHE.jpg
                                           
Quelques variantes modernes...

    LEVI_CREATION4_PASTICHE.jpg

LEVI_AFFICHE_PIANISTE2.jpg  LEVI_AFFICHE_PIANISTE3.jpg
       
Affiche USA                                                                       Affiche ANGLETERRE

LEVI_AFFICHE_PIANSITE4.jpg
          Affiche USA 

Date de création : 14/03/2011 @ 01:10
Dernière modification : 22/02/2012 @ 00:59
Catégorie : 44 CINEMA 1 : Le Pianiste, Roman POLANSKI
Page lue 20909 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^