Texte à méditer :  

 

  LECTEUR1.jpg  LETTRES  CROISEES lire.gif  

                    


Français

Fermer 6ème1: accompagnement éducatif

Fermer A l'école des poètes

Fermer Collège au cinéma

Fermer Inventions de Jules Verne

Fermer Langue

Fermer Le coin des policiers!

Fermer Moyen Age

Fermer Musée Picasso

Fermer Métamorphoses

Fermer Récits de voyage

Fermer SOLIDARSPORT

Latin

Fermer Biographie d'auteurs

Fermer Choisir l'option latin ou grec

Fermer Grammaire

Fermer Hercule

Fermer Histoire des arts

Fermer L'éruption du Vésuve

Fermer Le sport à Rome

Fermer Le théâtre à Rome

Fermer Les crises de la fin de la République romaine

Fermer Les héros fondateurs

Fermer Les jeux

Fermer Les monstres de la mythologie

Fermer Promenades fantastiques dans Pompéi

Fermer Rome et son empire

Fermer Villa de Pline

Fermer Voyage en Italie

Recherche



Deprecated: Function eregi() is deprecated in /appli/peda/lettres/eganaude/plugins/adm_membres/boxmemb.inc on line 4
Connexion

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre mot de passe:


 Nombre de membres 8 membres


Connectés :

( personne )
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Retour

RETOUR

Les monstres de la mythologie - L'hydre de Lerne

Adam B. 5°2

Les monstres et les animaux fabuleux dans la mythologie

 

L’hydre de Lerne

L’hydre de Lerne est une créature de la mythologie grecque.

 

Brève description de l’hydre de Lerne

Ce monstre naquit de l’union de Typhon et Echidna, qui furent aussi les parents de Cerbère. C’est un serpent d'eau à corps de chien, possédant plusieurs têtes (le nombre varie de 5 à 100, voire 10000 selon les auteurs) dont une immortelle qui était en partie en or. Ces têtes se régénéraient doublement lorsqu'elles étaient tranchées. De plus, l'haleine soufflée par les multiples gueules exhalait un poison radical, même durant le sommeil de l'animal. Le monstre ravageait le bétail et saccageait les récoltes.

hydre.jpg

(source: geocities.com)

Héraclès et l’hydre de Lerne

Depuis sa naissance, Héraclès était poursuivi par Héra, femme de Zeus, jalouse de n’avoir eu aucun rôle dans la conception d’Héraclès. Un jour, Héra parvint à rendre Héraclès fou au point qu’il tua sa femme Mégara et ses fils. Revenu à son état habituel, il alla consulter la Pythie afin de savoir comment expier le péché qu’il avait commis. Elle lui ordonna de servir Eurysthée, son pire ennemi et d’accomplir les tâches qu’il lui demanderait d’accomplir: ce sont les douze

travaux d’Hercule. Après avoir tué le lion de Némée, le deuxième travail consistait à se débarrasser de l’hydre de Lerne.

 

 

Le combat contre l’hydre de Lerne

Après avoir tué le lion de Némée,  Héraclès, vêtu de la peau de lion, alla voir Eurysthée qui, en guise du deuxième travail, lui demanda de tuer l’hydre de Lerne.Héraclès avait compris que tout seul il n’y parviendrait jamais. Il appela donc son neveu Iolaos pour l’aider dans son périlleux combat.

hydreheracles.gif   

Héraclès affronte L'Hydre de Lerne, représentation figurant sur un vase grec du VI° siècle avant J.C..

Héraclès arriva devant le marais du monstre recouvert de sa peau de bête afin de se protéger des morsures. Il décocha quelques flèches enflammées afin d’attirer l’hydre en dehors de son repère. Cependant à la grande surprise d’Héraclès l’hydre apparut accompagnée d’un crabe (ou une écrevisse selon les versions) qui avait sans doute était envoyé par la déesse Héra. Ce crabe tentait en fait de distraire Héraclès, par ces incessants pincements, pendant que l’hydre le frappait. Héraclès finit par l’écraser de son talon. Héra en fit alors une constellation, celle du Cancer, située à côté de celle du Lion.

 Héraclès, débordé par les multiplications des têtes de l’hydre, eut enfin recours à l’aide d’Iolaos qui eut pour mission d’enflammer des arbres et d’utiliser leurs branches pour qu’au moment où Héraclès couperait une tête de l’hydre, Iolaos la brûle pour l’empêcher de se re-multiplier.

  

 Ce procédé marcha en fait pour toutes les têtes sauf pour une, l’immortelle. Lorsque toutes les têtes furent carbonisées, Héraclès coupa la tête immortelle et l’enterra sous un rocher qui, de nos jours, sifflerait encore selon la légende. Héraclès, fasciné par la puissance de l’hydre, la dépeça et recueillit son venin pour l’enduire sur chacune de ses flèches. Le sang restant dans la carcasse s’écoula dans un fleuve, ce qui répandit une odeur pestilentielle. Malgré l’exploit accompli par Héraclès, Eurysthée le refusa sous prétexte que ce dernier avait eu recours à l’aide de son neveu Iolaos.

 


Date de création : 09/04/2008 @ 15:16
Dernière modification : 07/09/2008 @ 10:22
Catégorie : Les monstres de la mythologie
Page lue 15382 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^