Atelier philo : La liberté d'expression

Jeudi 8 janvier 2015, le thème proposé aux élèves du Club Paroles était "La liberté d'expression". Leurs propos se sont tout de suite focalisés sur Chalie Hebdo, qui était au coeur de leurs préoccupations, depuis le terrible l'attentat de la veille. Leurs paroles sont ici retranscrites. Il était important d'écouter ce qu'ils avaient compris, ainsi que leurs émotions.

Ces propos ont été suivis, contrairement aux autres ateliers philo, de précisions et d'explications (non retranscrites ici), en essayant de trouver les mots justes sur un thème aussi sensible. Des liens vers différents sites sont proposés sur E-Sidoc, pour aider à comprendre...

 

IMG 1037

 

- Pour cet attentat, ce que je n'ai pas compris, c'est pourquoi ils ont fait ça. Ce n'est pas logique. Dans tous les livres, ils disent que tuer, c'est mal. Ça a touché beaucoup de gens, parce qu'on ne peut plus parler. Si on dit quelque chose de mal, sans faire exprès, on peut se faire tuer. Le monde est en train de devenir horrible.

- Ils ont été tués, parce qu'ils ont fait des caricatures de Mahomet. J'ai mal au coeur. C'est la pire chose après Hitler.

- Je ne suis pas d'accord. Sans mal, il n'y aurait pas de bien. Comment voulez-vous dire que le monde est en train de devenir horrible ? Ils ont fait ça, parce qu'ils pensent que c'est bien. Même si nous, on pense que c'est horrible. Eux veulent faire comprendre aux gens qu'on ne doit pas insulter les autres. Mais la façon dont ils l'ont fait, je trouve ça inadmissible.

- Le but de la BD, c'était de faire rire les gens et de donner des infos. Ils ont fait une faute : il ne faut pas se moquer des religions. On a le droit de penser ce qu'on veut. Mais si c'est quelque chose de grave qu'on pense, je ne crois pas qu'on doive le dire aux autres.

- Ils ont le droit de penser différemment, mais ils pourraient porter plainte, pas tuer ! Ça va déclencher une guerre !

- En fait, c'était des gens qui ont créé ce journal pour faire pleins de dessins, critiquer tout le monde, la politique, la religion... Ils ne pensaient pas que que ça allait arriver jusque là. Je ne sait pas si ça les a dégoûtés.

- Ils auraient dû porter plainte, mais comme ils veulent montrer que ce n'est pas bien de se moquer des religions et ils ont fait ça.

- Les tueurs n'ont pas d'humour, ils ont pris ça au pied de la lettre. Mais normalement ils n'ont pas le droit de tuer. Ils n'ont pas respecté leur religion.

- Les dessinateurs ont fait ça pour rigoler, c'était humoristique et les terroristes ont pris ça au premier degré. Si dans un journal on a envie de dire "prout", on peut faire "prout." C'est ça la liberté d'expression. Si ça ne plaît pas aux gens, tant pis pour eux. On ne tue pas pour ça !

- Par rapport à l'attentat, ce n'est pas la première fois qu'il y a un attentat. Aux infos, je n'en ai entendu que trois. Ce sont des personnes qui se sont référées à la religion de l'Islam. Mais on ne sait pas ce qui passe dans la tête des gens. Est ce par rapport à la religion ? Ça peut être un tueur à gages.

- On a deux photos sur trois. On sait que ce ne sont pas des tueurs à gages, mais des terroristes. La liberté d'expression, on en a un bel exemple, sur l'image de Charlie Hebdo.

- C'est un acte barbare. Ils auraient pu traîner ces personnes en justice. Mais non, ils ont voulu aller vite, ils les ont tuées. A mon avis, ils ont fait ça, car c'est difficile de traîner quelqu'un en justice, les français vont avoir l'avantage, car ils appliqueront une loi qui protège la liberté d'expression.

- Le lendemain de l'attentat, un sur trois des hommes qui ont fait ça, c'était le vendeur d'armes des deux autres et il s'est rendu à la police.

- Hier, je n'ai pas regardé les infos et on m'a expliqué.

- Celui qui s'est rendu est intelligent. Il s'est rendu compte que tuer ne servait à rien.

- La liberté d'expression, tout le monde a le droit de le faire, mais il y a des limites. L'extrême, c'est de ne pas parler et l'autre extrême de tout dire.

- On ne peut plus parler, donner son avis, par crainte. Si on met sur un forum que les musulmans sont nuls (attention, je ne dis pas que c'est vrai !), on peut avoir des soucis. C'est normal. Il ne faut pas insulter les religions.

 

 

Comment s'est passée la séance ?

 

1/ J'ai trouvé qu'on a bien parlé. On est restés sur le thème, mais sans rester sur un même sujet. Quand on a parlé, on a parlé de quelque chose que tout le monde pense, du coup, c'est bien de le dire à voix haute.

2/ J'ai moyennement aimé cette séance, c'est comme si une nouvelle salle s'était ouverte, mais dommage, on est restés que dans cette salle, qui est Charlie.

3/ J'ai moyennement aimé la séance, parce que ,comme il a dit, on est restés sur Charlie. On n'est pas allés dans les autres couloirs de la liberté d'expression.

4/ J'ai moyennement aimé cette séance. Quand j'étais plus petit, je regardais un peu ce journal. Ça fait un peu de peine, car c'était de bons auteurs. C'est dommage, car ce journal était bien.

5/ Je n'ai pas trop aimé cette séance, car je n'aimais pas le thème et on est restés bloqués sur le thème de Charlie.

6/ J'ai aimé cette séance et le thème. Ce n'était pas super marrant.

7/ J'ai bien aimé cette séance, parce que j'ai pu connaître l'avis de tout le monde. Chacun a ses idées différentes. Ce qui me dégoûte un peu, c'est de savoir qu'il n'y aura plus Charlie Hebdo.

8/ J'ai bien aimé cette séance. Le thème n'était pas très rigolo. Qu'ils soient morts , c'est dommage.

9/ J'ai bien aimé cette séance. Ce n'est pas parce que beaucoup sont morts, qu'ils vont arrêter Charlie, non ? Je vais tous les lire ! Cela me fait de la peine. J'aurais aimé pouvoir continuer à le lire.

10/ Ce que je trouve débile, c'est que ces gens ont raté leur coup, car ça me donne envie de lire Charlie Hebdo ! J'ai aimé cette séance, car j'ai appris pleins de choses.

11/ J'ai bien aimé cette séance.

12/ J'ai moyennent aimé cette séance, parce que je regardais un peu Charlie Hebdo. Pourquoi ils n'ont pas plutôt porté plainte ?

13/ Je n'ai pas aimé cette séance . Je n'aurais pas aimé prendre ce thème pour aujourd'hui. Je ne trouve pas que ce soit un thème philosophique, "Charlie".

14/ Mais le thème était : "la liberté d'expression" !

15/ Ah bon ? Je ne l'ai pas entendu.

16/ On parle de la liberté d'expression, c'est le droit de penser et de liberté de la presse, c'est si on peut marquer des choses sur un journal et les diffuser. Par exemple, quand on parle de Mahomet, c'est moyennement bien de faire ça, il faut aussi penser à ceux qui y croient.

17/ Comme tu dis, tu as voulu sortir de la salle "Charlie" et parler de "liberté d'expression".