LA MARRAINE DE GUERRE

de Catherine Cuenca

couverture illustrée par Arnaud Rouèche

Éditions : Hachette Jeunesse

Collection : Le Livre de Poche jeunesse

Date de parution : mars 2006

Format : 12 x 17 cm

 

rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

 

L'histoire :

Étienne, un soldat mobilisé depuis deux ans a jusqu'alors survécu aux combats de la Grande Guerre. Mais pour lui, cela n'a plus aucun sens, il a vu tant de camarades tomber, il a participé à tant d'attaques inutiles. Son unique réconfort aujourd'hui, il le trouve dans la correspondance qu'il entretient avec sa marraine de guerre Marie-Pierre. Et tant pis si ses camarades se moquent de lui. Elle seule lui permet de supporter la vie difficile dans les tranchées. Elle seule lui envoie des vivres et ses lettres chaleureuses l'aident à garder confiance. Le jour, Étienne n'est qu'une brute lancée à l'assaut des tranchées ennemies. Le soir, il redevient un homme qui pleure en silence, au souvenir de tant d'horreur et d'absurdité. Dans les lettres qu'il adresse à Marie-Pierre, Étienne se confie de plus en plus et se livre tel qu'il est : un être sensible et désabusé. À l'occasion d'une permission chez sa tante du côté de Clermont-Ferrand, Étienne décide d'aller rencontrer cette marraine de guerre qui, pour lui, reste encore une mystérieuse inconnue. Malgré beaucoup d'hésitation, il arrive dans son village et demande son chemin à deux femmes qui discutent. Étienne ne le sait pas encore mais l'une des deux femmes est sa marraine de guerre. Cette coïncidence leur permet de faire connaissance. Marie-Pierre reçoit Étienne chez elle amicalement et, quand il doit partir, ils se promettent de se revoir. À son retour au front, une terrible expérience attend Étienne. Les hommes de son bataillon refusent d'obéir quand on leur ordonne d'attaquer. Finalement, cinq d'entre eux sont fusillés pour l'exemple. Étienne veut écrire sa colère à Marie-Pierre mais il se ressaisit à cause de la censure du courrier. Cependant, dans leurs lettres, Étienne et Marie-Pierre ne se cachent plus les sentiments qu'ils éprouvent l'un pour l'autre. Les derniers mois de guerre sont difficiles. Au cours d'un assaut, Étienne est touché à la jambe et agonise plusieurs jours avant que des brancardiers ne l'évacuent vers un hôpital de campagne. Pour Étienne, la guerre est bien finie. Désormais, une nouvelle vie l'attend aux cotés de Marie-Pierre.

 

Ce que j'en pense :

Une marraine de guerre, c'était une femme ou une jeune fille qui se proposait d'adopter un soldat, c'est-à-dire de correspondre avec lui, de lui envoyer des colis... Durant la guerre de 14-18, l'Etat avait encouragé cette pratique pour maintenir le moral des soldats. J'ai bien aimé ce roman écrit avec beaucoup de sensibilité. À mon avis, comme beaucoup d'autres soldats, Étienne garde courage et confiance grâce à sa marraine de guerre qui le soutient. Même à la fin, tout près de la mort, c'est grâce à elle qu'il réussira à s'en sortir car il se sent aimé. J'ai beaucoup aimé le chapitre qui traite de leur rencontre. On sent déjà tout l'amour qu'ils se portent alors qu'ils se connaissent à peine, et cet amour, ils n'osent même pas se l'avouer... Catherine Cuenca est une toute jeune auteure qui a imaginé ce roman à dix-neuf ans. Elle écrit magnifiquement bien.

Aurélie