English corner
Calendrier
Nous contacter
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Animations culturelles - Rencontres Lecture

 

 Rencontres et Lectures

 

 L'opération "Lecture pour tous" organisée par la Ville de Nice,  permet aux enfants et adolescents hospitalisés dans les différents services de l'Hôpital Lenval depuis 2011, de rencontrer des écrivains.

 

Ces rencontres ont pour but de faire découvrir aux élèves de CM2, collège et lycée, la littérature et le travail d'écriture par le biais d'un contact direct avec les auteurs.

 

 

Mardi 18 novembre 2014 à Lenval

Lecture pour tous : rencontre  avec un écrivain de talent:

Akli Tadjer


Les élèves de l’Unité d’Enseignement de l’hôpital Lenval, accompagnés des enseignantes (Mme Lazreg, Mme Dejouy et Mme Liebert) ont rencontré Akli Tadjer cet après-midi.

Monsieur Tadjer est venu présenter son livre.
Il s’agit d’un roman d’une centaine de pages, titré "Alphonse ".
"Alphonse", nous dit l’auteur, c’est l’histoire d’un jeune garçon qui habite Paris et qui va rejoindre le Nord de la France dans la famille de son père, chez son oncle, le temps des vacances.
En réalité on apprend dans le livre que ce garçon s’appelle Mohamed et qu’en arrivant à Lens, sa cousine va le prénommer Alphonse pour cacher les origines de la famille.
A Paris la capitale, les choses étaient plus simples car perdu dans la foule Mohamed pouvait davantage exister sans discrimination. Mais dans le village de sa cousine où tout le monde se connait, Mohamed va devoir nier son identité pour être conforme à l’image que l’on veut de lui.
Akli Tadjer nous explique que l’histoire d’Alphonse, c’est un peu son histoire.
Souvent d’ailleurs, ce sont des éléments de sa vie privée qui animent le récit dans ses romans et l’imaginaire finit par prendre le dessus dans le déroulement de l’histoire. Les livres d’Akli Tadjer ne sont pas pour autant des livres autobiographiques.

Monsieur Tadjer est venu, nous dit-il, pour donner envie de lire.
« On croit toujours que lire, c’est compliqué.

L’histoire de ce jeune garçon dans le livre est touchante et parle de ce que chacun peut ressentir dans la vie à un moment ou un autre : le sentiment d’être exclu, de ne pas être accepté pour ce que l’on est, ses idées, ses origines ou pour d’autre raisons encore qui conduisent à la discrimination, à la marginalisation.
Grâce à son ami Théo dans l’histoire, Mohamed dit "Alphonse", va avoir le sentiment d’exister et une véritable amitié va naître de cette rencontre. De plus il va tomber amoureux d’Annabelle, la sœur du copain de Juliette, sa cousine.
Finalement, Mohamed rentrera chez lui, à Paris, transformé par tout ce qu’il aura vécu: les bonnes et les mauvaises expériences.

 

Une question de Carinne :
A quel âge vous êtes-vous passionné pour la lecture ?

Akli  Tadjer :
« Mes parents ne savaient pas lire. C’est en allant au marché aux puces où l’on vend de tout, à Paris, que j’ai commencé à lire en me procurant toutes sortes de livres.
J’ai beaucoup aimé les livres de Pearl Buck dans les années 70.
C’est bien de lire, ça nous fait voyager et plus on lit, plus on apprend.

Carinne :
On lit pour se changer les idées, pour voir de belles choses…


Akli  Tadjer :
Quand on lit un livre, on a été touché par l’histoire mais c’est surtout le style de l’écriture qui nous touche, la manière dont les évènements nous sont présentés. La force d’un roman, c’est lorsque l’on tourne les pages sans s’en rendre compte.

Question de Léone :
Comment êtes-vous devenu écrivain ?

Akli  Tadjer :
J’ai commencé à écrire des textes de chansons. Il y a quelques années j’ai connu et j’ai travaillé avec Jean Jacques Goldman.
Puis ensuite, j’ai écrit des nouvelles, puis des romans.

Intervention de Louise :
Avant, j’écrivais un journal pour parler de ma vie. Mais j’ai arrêté à cause du manque d’imagination et des fautes d’orthographe.

Intervention de Perrine :
Moi j’écris des fables. Je fais parler des animaux pour raconter des histoires de la vie. Mon animal préféré, c’est le lion parce qu’il se défend, il ne se laisse pas faire.

Intervention de Carinne :
Moi avant, lorsque j’étais petite, j’écrivais des histoires de vampires.
Mais il faut de la patience pour écrire !

Akli  Tadjer :
Parfois il faut deux ans pour écrire un roman. Déjà parce qu’il faut se documenter pour décrire des lieux connus ou parler de la vie des personnages du livre. Et puis on n’est jamais certain que ce que ce l’on écrit va intéresser son public.

Il y a toujours des moments de doute.

Question de Séverine :
Est-ce que vous avez peur que vos livres ne marchent plus ?

Akli  Tadger :
Lorsque j’écris je ne me pose pas cette question. Je me concentre sur mon livre et je m’identifie aux personnages. Et puis, il faut se faire confiance dans la vie.

 


Pour finir, Akli Tadjer nous a parlé de son dernier roman : « Les thermes du paradis »
C’est l’histoire d’une jeune femme qui a du mal à accepter son image et se dévalorise vis-à-vis de son entourage.
Un sujet, là encore, qui a fait débat en amenant les élèves de Lenval  à s’interroger sur la question de la normalité et aussi sur le règne de la beauté dans notre société.
Et Akli Tadjer a conclu par cette merveilleuse phrase que le petit prince de St Exupéry adresse au renard.
« L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Auteur, parolier et scénariste à ses heures, dont les romans pour certains, ont déjà été adaptés à l’écran, ce fut une grande joie pour tous aujourd’hui de rencontrer Akli Tadjer qui a fait preuve d’une grande disponibilité et de beaucoup d’humanité.


Savoir lire, c'est allumer une lampe dans l'esprit, relâcher l’âme de sa prison, ouvrir une porte sur l'univers. (Citation de Pearl Buck)


Date de création : 02/12/2014 08:49
Dernière modification : 02/12/2014 11:07
Catégorie : Animations culturelles
Page lue 1012 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


A la manière de Marc CHAGALL

 

 


D'un monde à l'autre

 


L'U.E.: Présentation
Vie de l' U.E.
Journal
^ Haut ^