PRATIQUES PEDAGOGIQUES ADAPTEES

 Généralités et profils des élèves présentant des troubles des fonctions cognitives

Pratiques pédagogiques adaptées

Définition :

Les fonctions cognitives sont des fonctions intellectuelles qui aboutissent à la connaissance.

Elles sont divisées en 4 classes principales :

v  Les fonctions réceptives : elles permettent l’acquisition, le traitement, la classification et l’intégration de l’information reçue.

v  La mémoire et l’apprentissage : ils permettent le stockage et le rappel de l’information.

v  Le raisonnement ou la pensée : organisation et réorganisation mentale de l’information.

v  Les fonctions expressives : elles permettent la communication ou l’action.

Tiré de Terminologie de neuropsychologie et de neurologie du comportement. Recherche et réd. Louise Bérubé., c1991., 176 p.

Problématiques des élèves susceptibles d'être rencontrées :

Sur le plan relationnel ou comportemental :

- troubles de la communication, de la relation

- peurs du changement, désir d'immuabilité

- seuil de frustration très bas

- difficultés à respecter les règles, absence de limites

- absence de désir, d’envie d’apprendre (peur d’apprendre, éviter de penser)

- mauvaise image de soi, manque de confiance en soi

- grande fatigabilité

Sur le plan des apprentissages :

- attitudes dysharmoniques d’apprentissage, pas de lien entre les activités, les acquisitions

- difficultés à conceptualiser, incapacité de généralisation

- difficultés de compréhension et d’analyse

- troubles de la symbolisation

- troubles de l’attention et de la concentration

- difficultés spatio-temporelles

- pas de notion de permanence, difficulté de mémorisation.

- imaginaire débordant ou inexistant

http://www.ancp.info/index.php?option=com_wrapper&view=wrapper&Itemid=183

(Malette de l’enseignant de ULIS école )

http://www2.ac-lyon.fr/etab/ien/loire/ressources/ash/spip.php?rubrique14

(Quelques outils ULIS)

En maternelle, le site de la mission maternelle

http://www.mission-maternelle.ac-aix-marseille.fr/

v  Développer la communication et le rapport à l’autre en

multipliant les occasions de s’exprimer à haute voix (présenter, raconter, argumenter…). Le recours à des outils particuliers issus des pratiques pédagogiques coopératives et institutionnelles comme les ceintures, la pratique de moments ritualisés comme les quoi de neuf, les conseils, letutorat, la mise en place de petits contrats individuels sont intéressants. Elle permet l’apprentissage des codes sociaux et la mise à distance des affects par la mise en mots.

Les activités d’EPS  et les pratiques artistiques sont essentielles pour ces élèves. Elles permettent d’intégrer plus facilement d’un point de vue social, l’élève dans un groupe classe.

v  Créer un environnement sécurisant, un climat de confiance.

Les  repères et activités systématiques sont des éléments rassurants pour les élèves : rituels, règles de vie, emploi du temps, tableaux des services, de présence des élèves, des différents intervenants (C’est aussi l’occasion  de regarder autour de soi et de porter attention à son entourage), planification des activités liés à un projet…  Ils permettent une sécurisation effective de l’élève et facilitent l’entrée dans les apprentissages. Préparer les élèves à tout changement, à toute nouveauté dans l’emploi du temps ou dans les activités en les expliquant.

v  Rendre les règles de politesse, les règles de vie de la classe et de l’école ou de l’établissement accessibles aux élèves en les explicitant de manière systématique. Encourager le plus possible les comportements adaptés plutôt que de sanctionner les écarts.

La pratique de la pédagogie institutionnelle (mise en place d’un cadre sécurisant et contenant : Loi, Lieu, Limite, Langage) peut-être un moyen de gérer les moments difficiles car elle instaure un tiers dans la relation entre l’élève et l’enseignant et permet à l’élève de prendre de la distance et de mettre en mots ses ressentis.

L’enseignant est le garant du cadre mis en place dans la classe et éprouvé par l’enfant qui se construit contre (opposition et étayage). L’enseignant doit résister aux attaques du cadre en adoptant une attitude juste, ferme mais bienveillante.

v  Déclencher une curiosité, un intérêt une appétence pour les

Activités scolaires en pratiquant la pédagogie de détour (pédagogie de projet, jeux…). Partir des productions des élèves, utiliser des supports variés et attractifs en lien avec les intérêts et les préoccupations des élèves ( Cf programmes mais support à adapter). Rendre l’élève acteur de ses apprentissages. Construire des situations d’apprentissage motivantes et signifiantes pour les élèves, énoncer clairement l’objectif de l’apprentissage (ce qu’ils vont apprendre). Stimuler et encourager les élèves à chaque apprentissage nouveau, les rassurer quant à leur possibilité de réussir.

Valoriser l’élève dans sa globalité, s’appuyer sur ce qu’il sait faire : les compétences acquises. Encourager les réussites, dédramatiser l’erreur en la plaçant au service de l’apprentissage. Placer les élèves en situation de réussite (ZPD) et finaliser les projets mis en place (restauration de l’image de soi).

v  Alterner les activités qui nécessitent des efforts de

concentration avec des activités plus ludiques que les élèves apprécient particulièrement (informatique, jeux, puzzles, mots croisés, sudoku…). Permettre aux élèves de s’isoler un moment du groupe en instaurant un lieu dans la classe.

v  Adapter les contenus pédagogiques aux besoins spécifiques des

élèves. Les situations d’apprentissage sont simples et modélisantes. Lorsque c’est possible, évoquer des situations concrètes. Favoriser le réinvestissement des connaissances en proposant des situations ayant des liens entres elles. Travailler sur un même thème de façon transdisciplinaire.

Projets mettant en jeu du sens et du lien social (journal, chorale, théâtre, film, correspondance…). Verbaliser aux apprenants les objectifs, les actions ; leur faire prendre conscience des activités (mise en mots des actes). Travailler sur les représentations que l’élève a des connaissances qu’il possède et de la façon dont il peut les utiliser pour réaliser une activité (métacognition) lors des résolution de problèmes (mathématiques ou français), ateliers philosophiques…Le rapport avec l’écrit est sensible car il révèle leurs difficultés. Privilégier des écrits plaisirs sous la forme des ateliers d’écriture, ou qui correspondent à de réelles situations de communication (correspondance, textes libres, demander  un renseignement,  règle de jeux, article de journaux…)

v  Pour capter l’attention des élèves, jouer sur les registres de la

voix, utiliser des signaux visuels, sonores. Utiliser une musique (mélodie ou chant) pour marquer la fin d’une activité et indiquer le regroupement.

Encourager l’apprentissage coopératif et adapter les contenus.

Proposer des situations d’apprentissage variées et des modalités différentes pour un même exercice. Varier les activités et les supports: cahier, ardoise, tableau, oral, photos, ordinateur…

D’une manière générale, privilégier le français et les maths le matin.

Solliciter si possible, l’intervention de l’AVS ou autre personne ressource dans la classe.

v  L’espace-temps n’est pas structuré. Les repères et les

activités systématiques sont donc des éléments rassurants pour les enfants (règles de vie, emploi du temps, tableau des services…). Il s’agit de structurer l’emploi du temps et les activités scolaires pour apporter aux élèves une certaine prévisibilité et des repères temporels stables. Construire pour certains élèves des outils spécifiques destinés à leur permettre de gérer leur temps, de s’y repérer, d’anticiper : mise en place d’un emploi du temps (avec indication des horaires) présentant de manière chronologique les activités, les prises en charge, les intégrations  prévues pour la journée sous forme de photos, d’images, d’écrits. Cet emploi du temps n’est pas figé, il faut tenir compte des imprévus (fatigabilité des élèves…). En cas de changement, il faut préparer les élèves en leur expliquant verbalement et en utilisant des supports visuels (photos, images, écrits).

Pour apprendre à gérer le temps, utiliser des montres, pendules, minuteurs et aider les élèves à s’y référer. Avertir verbalement de l’imminence de la fin d’une activité.

Travailler la notion de chronologie, de séquence en utilisant des supports concrets (photos d’un événement vécu en classe et à remettre en ordre, histoire à reconstituer à l’aide d’images…)

Aménager la classe en espace pédagogique comme en maternelle. Ainsi l’environnement devient structurant pour l’élève qui éprouve des difficultés de repérage topologique. On pourra trouver un espace de travail scolaire, un espace semi-dirigé pour activités contractualisées, un espace regroupement, un espace ludique, un espace bibliothèque, un espace informatique, un espace de « repos »…De même ; organiser géographiquement les affichages didactiques selon le champ disciplinaire (math, français…). L’utilisation des couleurs peut aider au repérage.

v  La mémoire est souvent peu efficace et revêt différentes

formes. Travailler avec les élèves les mémoires sensorielles (visuelle, auditive) et kinesthésique. Soutenir l’effort de mémorisation par le rappel régulier des notions étudiées, l’affichage fonctionnel dans la classe, l’utilisation d’un cahier ou classeur aide-mémoire, la construction d’imagiers, fichiers, glossaires…

Lors d’une nouvelle séance, énoncer simplement l’objectif d’apprentissage. Rappeler la notion étudiée lors de la séance précédente. Présenter la notion à acquérir dans des situations analogues mais différentes. Faire des synthèses sous forme de tableau ou schéma heuristique. Faire manipuler, utiliser le mime, faire appel à l’affect pour le souvenir, les moyens mnémotechniques…Pour mémoriser efficacement, il faut travailler régulièrement ( en classe) l’apprentissage de chansons, poésies, tables, mots pour la dictée…sans oublier… d’utiliser les jeux de mémoire !

v  La lecture régulière à haute voix de l’enseignant est essentielle

pour permettre la transmission d’une culture partagée. Les débats interprétatifs qui suivent les lectures permettent à l’enseignant de s’assurer de la compréhension. Les rencontres avec tous types d’écrits de la littérature (courts, longs, documentaires, fictionnels) nourrissent l’imaginaire des élèves et développent le vocabulaire. De plus il permet d’échanger sur la vraisemblance du récit et de travailler les notions de réel et imaginaire. Ne pas se priver de relire plusieurs fois un livre particulièrement apprécié par les élèves.

Généralités et profils des élèves présentant des difficultés scolaires graves et persistantes

Pratiques pédagogiques adaptées

Ÿ  Les élèves de SEGPA sont souvent marqués affectivement et cognitivement par leurs échecs passés (inappétence scolaire, mésestime de soi, raisonnements stéréotypés et peu évolutifs…). Ils peuvent manifester des mécanismes de défense psychique (inhibition, agressivité verbale…).

Ÿ  Ces jeunes sont (pré)adolescents et peuvent avoir, outre les caractéristiques de l'adolescence, des histoires accidentées et sont parfois déstructurés affectivement et socialement.

Ÿ  On peut constater dans la majorité des cas une peur d’apprendre (accepter de rencontrer des règles, des limites, se confronter à ses manques, abandonner ses certitudes, accepter de recevoir des réponses des autres) qui peut se traduire par une instabilité, une intolérance à la frustration, un besoin de fuite devant le travail intellectuel.

Le refus d’apprendre est le signe d’une grande angoisse.

Ÿ  Leurs difficultés ont été reconnues suffisamment graves et persistantes pour justifier une orientation dans les enseignements adaptés. Le niveau scolaire s'étend d'une fin de CP au CM1 avec de fortes disparités inter-individuelles et intra-individuelles.

Ÿ  Les principaux obstacles rencontrés par les élèves durant les apprentissages :

Ø  Difficulté à attribuer du sens à la situation d’apprentissage

Ø  Difficulté à se mobiliser, à trouver de l’intérêt à l’activité proposée

Ø  Difficulté à être conscient des exigences de l’activité, des

connaissances et des stratégies requises pour la réaliser

Ø  Difficulté à coopérer au sein d’un groupe

Ø  Difficulté à mémoriser, organiser les connaissances, à structurer

les notions

Ø  Difficulté à identifier les procédures efficaces

Ø  Difficulté à stabiliser, à transférer les connaissances

Ø  Créer un climat de confiance et un contexte pédagogique

stimulant qui permettent aux élèves de renouer avec la réussite scolaire et retrouver l’estime de soi.

Ø  Mise en place d’un cadre sécurisant et contenant :

cohérence, sécurité, limites

Ø      Favoriser les concepts de citoyenneté, de responsabilité

et de construction de règles par la pédagogie de contrat

http://www.toutenclic.com/spip.php?article51

Ø  Mise en œuvre d’instances de paroles par la pédagogie

institutionnelle, les discussions à visée philosophique

http://probo.free.fr/pedagogie_institutionnelle/ecrits_pi.htm

http://www.ac-nice.fr/ia06/ienash/ash/articles.php?lng=fr&pg=719&mnuid=687&tconfig=6 

Ø  Aménager les situations d’apprentissage de manière à

ce qu’elles prennent sens pour les élèves, mise en projet etcontextualisation de l’apprentissage:

-Émergence des représentations

-Rappels des connaissances

-Annonce des objectifs d’apprentissage

-Explicitation des modalités de travail

-Synthèse, mémorisation et organisation des connaissances

(pédagogie de projet)

Ø  Aménager les supports utilisés : diversification des

supports favorisant les différents profils cognitifs (tableau, vidéoprojecteur, vidéo, ordinateur, ouvrages, manipulation…)

Ø  Aménager les rythmes pédagogiques : rythme des

séances, alternance oral/écrit, alternance des modalités de travail : individuel, collectif, groupes, binômes..

Ø  Ajuster les méthodes pédagogiques et les approches

didactiques : penser la programmation des activités, la progressivité des apprentissages, prise en compte des potentialités et des difficultés des élèves

Ø  Adapter les programmes du collège : faire des choix,

repérer les concepts clés, proposer des thèmes qui correspondent aux centres d’intérêts des collégiens 

http://alain.granier2.free.fr/iufm/textes-et-douments.htm

(documents d’accompagnement en SEGPA)

Ø  Diversifier les démarches pédagogiques : déductive,

inductive, analogique, dialectique

Ø  Etre attentif aux contextes et conditions où sont

proposés les apprentissages : situations de contextualisation, guidage de l’enseignant, passation des consignes, l’entée dans les apprentissages, l’organisation matérielle et sociale

Ø  Mettre en œuvre une différenciation pédagogique :

différenciation successive et simultanée, les outils, les démarches, le degré de guidage de l’enseignant, le relationnel, la gestion du temps, l’enrôlement dans la tâche, les formes de travail, les consignes, les formes d’évaluation, les contenus abordés

Ø  Mettre en œuvre des techniques de remédiation :

groupes de besoin, groupes de paroles, favoriser la métacognition, l’entretien d’explicitation, le tutorat

http://www.expliciter.fr/

(groupe de recherche sur l’explicitation)

Ø  Mettre en œuvre une pratique réfléchie del’évaluation :

diagnostique (contenus et démarches), formative, sommative, auto-évaluation et co-évaluation

http://francois.muller.free.fr/diversifier/formativ.htm

(outils et techniques pour conduire une évaluation formative)

En conclusion :

Pour une pratique pédagogique adaptée, cinq principes :

v  L’éducabilité cognitive

v  L’enseignant a un rôle de médiateur

v  Le souci de la métacognition

v  La restauration narcissique

v  L’évaluation

v   

http://www.ac-nice.fr/ia06/ienash/ash/articles.php?lng=fr&pg=651&mnuid=458&tconfig=5 

(Liste de sites ressources en SEGPA)

De nombreuses ressources sur le site de l’ASH http://www.ac-nice.fr/ienash/ash/index.php

Scolariser des élèves handicapés :

Le site ingrascol propose de nombreuses ressources :

http://www.integrascol.fr/listepedago-type.php

Site de l’ASH 13 :

http://www.ash13.ien.13.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?article433

Site de l’ASH 84 :

http://www.lepontet.ien.84.ac-aix-marseille.fr/spip/

Des modules de formation sur les troubles :

http://eduscol.education.fr/cid61219/modules-de-formation-pour-les-enseignants.html

INSHEA: http://www.inshea.fr/fr/content/guides-p%C3%A9dagogiques-et-pratiques

  

    pdf.png      Ce document en pdf


Date de création : 30/05/2014 15:13
Dernière modification : 07/07/2016 07:28
Catégorie : - Diverses
Page lue 8245 fois