Apprendre à écrire et devenir un lecteur critique

I- L’atelier d’écriture met l’élève au centre de son apprentissage  

A- L’atelier donne sens à l’écriture, par la situation de communication

1-Communication dans l’atelier

Dans le dispositif de l’atelier, les textes naissent d’une énergie bien différente de celle à laquelle les consignes scolaires habituelles d’écriture font appel. Duneton, caricature ainsi l’écriture scolaire traditionnelle : " N’importe qui écrit n’importe quoi pour personne ". à l’inverse, l’atelier d’écriture est une authentique situation de communication. La disposition dans l’espace l’annonce : animateur et élèves sont assis autour d’une même table, au total quinze personnes au maximum, afin que jouent les échanges interpersonnels. L’animateur et le groupe d’auditeurs sont les premiers destinataires de l’écriture. L’énergie du groupe joue à plein. On écrit parce qu’on voit les autres écrire. On sait que le cercle des écrivants sera dans quelques instants un cercle d’auditeurs. On écrit pour être lu, même si l’on sait que lire à haute voix son texte n’est jamais obligatoire. On écoute soit par sympathie préalable, soit par curiosité, parce que celui qui lit est en danger, comme au théâtre ; soit à cause du bonheur de consommer. La position de surplomb sous-tend l’intérêt : la perspective de mettre son grain de sel aiguise l’attention. Chaque écrivant est le destinataire de la parole, sur son texte, du groupe entier. Le professeur qui conduit un atelier d’écriture a renoncé à la posture traditionnelle de source unique du savoir. Il peut même alors donner son avis subjectif ; on confronte les divers effets produits par les textes sur les divers destinataires. Les retrouvailles avec le groupe relancent d’elles mêmes l’élan de l’écriture. Quand les créations reviennent dans l’atelier sous forme de photocopies, chacun, en tant que lecteur de l’autre, expérimente le confort, l’agrément d’un texte mis au propre. la facilitation de la lecture par la bonne orthographe, par l’aération que donnent les espaces blancs, et bien sûr, la cohérence de l’ensemble : tous les efforts de l’auteur sont reçus comme une déférence à l’autre. De fait tous les réglages sont conditionnés par le souci du lecteur. Chaque auteur s’aperçoit qu’il aime être lu, et qu’il est soucieux de son image, que c’est un plaisir de porter à conséquence son style personnel.
 

pdf.png


Date de création : 30/05/2014 14:30
Dernière modification : 30/05/2014 14:30
Catégorie : - Disciplinaires-Langue-Ateliers d'écriture
Page lue 10283 fois