FACILITER LA SCOLARITE DE L’ENFANT DYSPHASIQUE

document du Centre référent des troubles du langage

l’Archet II NICE

DEFINITION

La dysphasie est un trouble structurel (déviance profonde et constante dans l’utilisation du langage), spécifique et sévère du développement du langage oral.

Le trouble est spécifique car il survient en l’absence de pathologie neurologique, de déficience mentale, de trouble auditif ou visuel, de troubles psychiatrique ou psychologique envahissants, de trouble de l’appareil bucco-phonatoire, ou de carence sociale ou psychoaffective.

Le trouble est sévère car il perdure au-delà de l’âge de 6 ans.

La dysphasie touche environ 1% des enfants.

Les garçons sont plus touchés que les filles.

LES DIFFICULTES OBSERVEES

Elles portent sur des aspects complexes :

Soit de la réception et de la compréhension du langage

Soit de la programmation des sons de la langue puis de leur production

Soit sur la disponibilité des mots ou encore leur agencement syntaxique au sein de la langue

Ces domaines du langage peuvent être déficitaires ou préservés indépendamment les uns des autres. C’est pourquoi ils doivent faire l’objet d’un diagnostic précis en orthophonie permettant de poser les indications thérapeutiques.

Le langage écrit est souvent d’acquisition problématique. De fait, les troubles ont un retentissement constant sur les apprentissages scolaires classiques, puisque le langage est l’outil privilégié de la transmission du savoir à l’école. L’importance du trouble du langage oral ne doit en aucun cas être un obstacle au passage au C.P. C’est en effet, la langue écrite qui va servir de tremplin ou de renfort à l’acquisition de la langue orale.

L’objectif fondamental, qui guide la prise en charge pédagogique de l’enfant est l’acquisition de la langue orale par l’accès à la langue écrite.

Des activités langagières nombreuses et variées sont proposées à l’enfant. Elles ont pour objectif de permettre l’accès à la langue écrite tout en instaurant une pratique de la langue orale.

Ces enfants parlent mal, parlent tard, ont durablement, des difficultés d’expression orale.

Dans d’autres domaines pourtant, ils se développent bien, même si fréquemment les difficultés langagières s’accompagnent d’un retard psychomoteur ou/et graphique.

Ils organisent un langage qui peut suffire dans la vie quotidienne mais le plus souvent évoluent sans bien parler.

Le langage est fait de morceaux, d’approximations, de segments traités sans souplesse comme des agglomérats, des blocs figés.

AIDER LA SCOLARITE DE L’ENFANT DYSPHASIQUE

Reconnaître le handicap d’un enfant dysphasique c’est reconnaître :

Qu’il lui faut du temps, donc accepter sa lenteur

Qu’il se fatigue vite (concentration intensive pour comprendre et obligation à prélever des indices multiples pour renforcer la compréhension)

Que son attention ne peut être soutenue longtemps, donc essayer de la capter à nouveau

Comment l’aider au sein du groupe classe :

Avoir un débit de parole un peu ralenti

Marquer les aspects articulatoires sans toutefois les déformer

Soutenir l’activité de compréhension par des éléments para-verbaux et des supports visuels (gestes, mimiques, supports visuels imagés… Le recours à l’exemple aide à contextualiser un propos et peut servir de support à la fonction de rappel

Garder à l’esprit que même le vocabulaire simple peut être source de confusions (« l’Est » traité comme « la laisse » , « famine » comme « famille »…) Le langage abstrait reste souvent inaccessible. Ces situations génèrent de l’insécurité et si elles sont fréquentes, elles ne permettent pas à l’enfant de soutenir son attention.

Etre attentif au rythme des échanges .Il a besoin de temps pour traiter les énoncés.

Donner un temps de réflexion pour intégrer mais aussi pour encoder une réponse.

Accompagner et soutenir la prise de parole

Savoir se contenter d’un mot phrase comme réponse et valoriser cette réponse par une reprise de celle-ci.

Accompagner les changements d’activités en prenant le temps d’expliquer et de contextualiser celles-ci.

Vérifier la compréhension des consignes (simplifier la syntaxe) et ne pas hésiter à reformuler de différentes façons.

Reconnaître à l’enfant la possibilité d’avoir son rythme propre d’évolution

Privilégier les évaluations qui prendraient en compte principalement les aspects de la dynamique individuelle.

Travailler sur les stratégies et les procédures utilisées

Construire des outils de référence et reconnaître les situations dans lesquels ceux-ci sont utilisables

(en complément, deux documents à télécharger, pour l’aide à la prise en charge de ce trouble)

Pour aller plus loin:

 

Pistes_pedagogiques_dysphasie.pdf

Recommandations_pour_une_meilleure_

intervention_aupres_des_enfants_dysphasiques.pdf

pdf.png

pdf.png



  
  Une vidéo intéressante pour aider les parents à comprendre
htm.png


Date de création : 03/06/2014 10:57
Dernière modification : 03/06/2014 10:57
Catégorie : - Langage et parole
Page lue 3315 fois