Chronologie générale, de l'antiquité à nos jours

1. ANTIQUITE PRIMITIVE

L'observation du ciel et des mouvements apparents du Soleil, de la Lune, des planètes et des étoiles conduit :

  • à l'invention de mythes divers dans les civilisations primitives ;
  • à la reconnaissance et à la dénomination des constellations ;
  • à l'établissement des calendriers pour les besoins de l'agriculture et la fixation des dates des fêtes religieuses.

1.1 Au rang des mythes, les cosmologies propres aux diverses civilisations :

1.2. Au rang des mesures qui marquent les véritables débuts de la science astronomique, il faut placer les observations et les calculs des Babyloniens :

1.3. Le calendrier le plus élaboré est celui des Babyloniens : Il est lunaire ; l'année commence avec la première lunaison de printemps et comporte douze mois alternés de 29 et 30 jours, soit une année de 354 jours ; réajustement avec le cycle solaire par addition de 7 mois supplémentaires en 19 années (19 années = 235 lunaisons). Les Babyloniens définissent le Saros, 18 ans 11 jours.

Calendrier égyptien : année "vague" de 12 mois de 30 jours complétée par 5 jours supplémentaires. Un cycle sothiaque commence avec le lever héliaque de Sothis (Sirius) ; en 1456 années vagues, on retrouve le début de l'année avec le lever héliaque de Sothis ; un cycle sothiaque dans l'histoire d'Egypte compte donc 1456 années vagues.

Les Hébreux adoptent un calendrier semblable à celui des Babyloniens en ajoutant la précision que leur chronologie commence avec "la création du monde" en -3761 : la Bible (rédigée vers le sixième siècle av J-C) utilise la semaine de 7 jours pour donner un cadre temporel précis à cette création.

2. ANTIQUITE GRECQUE ANCIENNE

-600 Thalès de Milet :
  • l'Univers est une bulle d'air hémisphérique limitée en bas par la Terre plate qui repose sur l'eau ;
  • la Lune est éclairée par le Soleil ;
  • annonce une éclipse de Soleil en -584 ;
  • invente un moyen d'évaluer la distance d'un navire à partir de deux observations terrestres et la mesure de la distance des deux observatoires.

-550 Anaximandre :

-550 Pythagore et les Pythagoriciens :

-530 Parménide et son disciple Zénon :

-520 Anaxagore :

-505 Héraclite :

-505 Leucippe et Démocrite énoncent la théorie atomique :

"Il y a vingt-cinq siècles peut-être, sur les bords de la mer divine, où le chant des aèdes venait à peine de s'éteindre, quelques philosophes enseignaient déjà que la Matière changeante est faite de grains indestructibles en mouvement incessant, Atomes que le Hasard ou le Destin auraient groupés au cours des âges selon les formes ou les corps qui nous sont familiers." Jean Perrin (Les Atomes 1912).

-431 Meton, à Athènes, détermine la date des solstices et découvre l'inégalité des saisons.
A-t-il lui-même découvert que 19 années solaires valent à peu près 235 lunaisons (le fait avait été relevé par les Babyloniens) : on appelle nombre d'or d'un millésime son rang dans le cycle de Méton, sachant que l'an 1 correspond au nombre d'or 2.

-450 Démocrite émet l'idée que la Voie Lactée est constituée d'étoiles.

-420 Philolaos adopte la conception du monde de Pythagore, nie la position de centrale de la Terre et son immobilité.

-388, -312 Heraclide le Pontique : la Terre est au centre du monde, mais Mercure et Vénus tournent autour du Soleil ; selon P. Tannery, Heraclide fait tourner les cinq planètes autour du Soleil, celui-ci autour de la Terre; il aurait également inventé le système des épicycles.

-426, -346 Platon fait du géocentrisme un principe et pose le problème : "quels mouvements réguliers et ordonnés faut-il supposer pour sauver les apparences observées dans le mouvement des planètes ?" (réguliers et ordonnés signifient circulaires et uniformes). Eudoxe, ami de Platon, résout le problème en inventant le système des sphères homocentriques centrées sur la Terre (pour chaque planète, le système comporte trois sphères, pour le mouvement des fixes une seule sphère suffit).

-384, -322 Aristote adopte le système des sphères homocentriques d'Eudoxe en conférant aux sphères un caractère matériel; son système comporte 45 sphères; Aristote donne la plus ancienne évaluation de la grandeur de la Terre, 400 000 stades de tour, presque deux fois trop grand.

3. ASTRONOMIE HELLENISTIQUE ET ROMAINE

3ème siècle av J-C. Aristarque de Samos bouleverse les idées reçues dans son ouvrage sur les dimensions et les distances du Soleil et de la Lune, ouvrage perdu mais cité par Archimède et Plutarque ; le Soleil serait 19 fois plus loin que la Lune, le cône d'ombre de la Terre pourrait contenir deux diamètres lunaires, la distance de la Lune serait donc 80 fois le rayon de la Terre. Son hypothèse héliocentrique est mal reçue ; le stoïcien Cléanthe suggère même d'intenter à Aristarque un procès d'impiété.

-216 Archimède, dans "L'Arénaire", calcule le nombre de grains de sable que pourrait contenir la sphère des fixes ; il en profite pour exposer le système héliocentrique d'Aristarque : le Soleil, 300 fois plus volumineux que la Terre, doit être au centre. L'hypothèse héliocentrique ne sera plus reprise avant Copernic que par le Babylonien Seleucus au 2ème siècle de notre ère.

-300 Autolycos de Pitane écrit deux traités, "La sphère en mouvement" et "Levers et couchers héliaques". Euclide écrit son traité d'astronomie sphérique, "Les Phénomènes".
La crise du 3ème siècle : Les sphères d'Eudoxe ne peuvent rendre compte de la variation d'éclat de Vénus et de Mars, variations qui font soupçonner des variations de distance; on invente les "cercles excentrés" et le système des "épicycles" antérieurement suggéré par Héraclide. Apollonius de Perge montre l'équivalence du système des cercles excentrés et du système des épicycles.
Aratos de Soles publie "Les phénomènes".

-250 Eratosthène évalue le rayon de la Terre par la première mesure d'un arc de méridien (Syène-Alexandrie), soit environ 250 000 stades de tour et un rayon de la Terre équivalent à 6300 km.

-230 Héron d'Alexandrie évalue la distance Rome-Alexandrie grâce à deux observations d'une même éclipse de Lune (mais certains historiens placent ces observations en +62).

-150 Hipparque : oeuvre astronomique considérable mais qui n'est connue qu'indirectement ; seule oeuvre écrite connue, des "commentaires" acerbes des "Phénomènes" d'Aratos. Hipparque introduit en Grèce la division du cercle en 360 degrés divisibles en 60 minutes divisibles en 60 secondes ; il développe une théorie du Soleil mobile sur un cercle excentré à 1/24 du rayon ; il en déduit des tables du Soleil pour six siècles. Il améliore les mesures d'Aristarque : distance de la Lune 60 rayons terrestres, distance du Soleil 2490 rayons terrestres, rayon du Soleil 12,3 rayons terrestres. Hipparque déduit de l'observation des éclipses anciennes et actuelles la précession des équinoxes qu'il évalue à une rétrogradation de 36" par an.

-100 Lucrèce écrit "De Natura Rerum".

-44 Inauguration, le 1er janvier 45 av J-C, du calendrier julien dont les éléments ont été fournis à César par l'astronome Sosigène.

1er et 2ème siècles

Cléomède écrit "Sur les mouvements circulaires des corps célestes". Théon de Smyrne : "Exposition des connaissances utiles à la lecture de Platon". Plutarque : "Sur le visage qui se voit sur le disque de la Lune" (les taches sont les ombres du relief).

127-151 Ptolémée fait ses observations depuis Alexandrie, il écrit beaucoup : "Composition mathématique" (ou Almageste) dans laquelle il expose le système géocentrique du monde avec déférents excentrés et épicycles. "Phases des étoiles fixes" (sur les levers et les couchers). "Hypothèses des planètes". "Guide géographique". "Catalogue d'étoiles" où il les répartit en six grandeurs selon leur éclat apparent. "Le Tetrabible" sur l'astrologie.

4. ASTRONOMIE PRECOLOMBIENNE

Peu de documents assurés sur l'astronomie des Incas : année solaire de 365 jours, les périodes synodiques de Vénus, Mars et Jupiter sont connues.

"Le Codex de Dresde", document établi au XIIème siècle serait la copie d'un document de l'empire Maya ; les dates y partent de 13 août 3113 av J-C.

Evaluation de la lunaison : 81 lunaisons = 2392 jours (valeur de Palenque).

Table d'éclipses par répartition de 405 lunaisons en 69 groupes.

Au VIIIème siècle, les Mayas évaluent l'année tropique : 19 années = 235 lunaisons, 149 lunaisons = 4400 jours.

Importance de Vénus, les Mayas lui attribuent une influence néfaste. Cycle vénusien de 584 jours : 236 de visibilité le matin, 90 jours d'invisibilité, 250 jours de visibilité le soir, 8 jours d'invisibilité.
De plus : 65 x 584 = 104 x 365

5. MOYEN-AGE

Alors que les Grecs, principalement en Grèce, en Grande Grèce puis à Alexandrie, spéculaient sur le système du monde, les Arabes s'intéressèrent surtout à l'astrologie ce qui les conduisit à établir des tables aussi précises que possible des mouvements planétaires. Alexandrie tombe aux mains des Arabes en 642. L'astronomie arabe se développe autour des écoles de Damas et Bagdad à partir du VIIIème siècle ; au Xème, Le Caire prend le relais.

325. Le Concile de Nicée fixe la règle du calcul de la date de Pâques ; en 325, l'équinoxe de printemps eut lieu le 20 mars.

532. Denys le Petit donne sa forme définitive aux règles de calcul de la date de Pâques.

674-735. Bède le Vénérable, en Angleterre, s'intéresse à la date de Pâques, établit des tables de la Lune, étudie les marées en rapport avec les mouvements de la Lune, la variation des marées d'un point de la côte à un autre ("l'établissement du port"). Bède est un des premiers à noter le décalage progressif de la date de l'équinoxe de printemps dans le calendrier julien.

396. Observation par les Chinois d'une étoile "invitée"(une nova?) dans le Scorpion.

520. Dionysius, archiviste du Pape, propose de compter les années à partie de la date supposée de la naissance du Christ.

VIIIème siècle. Les astronomes persans Ibrahim al Farazi et son fils Muhammad construisent des astrolabes et traduisent du sanscrit le "Siddhatana" hindou.

IXème siècle. Le grand mathématicien Al Khwarizmi, originaire de Khiva au sud de la mer d'Aral, construit pour l'astronomie des tables trigonométriques qui seront introduites en Occident par Abélard de Bath. La trigonométrie sphérique sera développée par Abul-Wafa (940-998) ; le sinus et le cosinus avaient été conçus par les Hindous, les Arabes inventèrent la tangente, la cotangente, la sécante et la cosécante. Sanad ibn Aly construit l'observatoire de Bagdad. Al Nayrizi de Shiraz publie des commentaires de Ptolémée et d'Euclide.

827. Les Chinois observent une supernova dans le Scorpion.

830. Yahya ibn Abi Mansur publie à Damas "les Tables astronomiques vérifiées". Ibn Yunus, au Caire, publie les "tables hakémites" qui serviront de base aux tables alphonsines de 1252.

900. Al-Battani (nom latinisé en Albategnius) : année de 365 jours 5 heures 46 minutes 24 secondes; excentricité de l'orbite du Soleil 0,0346

950. AI-Sufi classe les étoiles selon leur grandeur et leur couleur ; il signale la présence d'un "petit nuage céleste" dans Andromède.

1006. Observation par les Chinois d'une "étoile invitée" dans la constellation du Loup.

1050. Ibn al Zerqâla (ou Arzachel) publie les "Tables tolédanes".

1054. Observation par les Chinois de la supernova du Taureau qui donnera la Nébuleuse du Crabe découverte en 1731 par John Bevis et sera cataloguée n°1 par Messier.

1175. Gérard de Crémone (1114-1187) traduit l'Almageste.

1202. Léonard de Pise (Fibonacci) compose "Liber abaci" dans lequel il introduit les chiffres qu'il avait connus par les Arabes d'Algérie qui les tenaient des Hindous.

1230. Découverte par les Chinois d'une supernova (cf source gamma 2CG195+04)

1252. Publication par le roi Alphonse X de Castille des "tables alphonsines".

1256. Mort à Paris de Johannes de Sacrobosco qui avait publié un traité "De Sphaera" qui fut utilisé jusqu'au XVIIème siècle pour l'enseignement de l'astronomie.

1261. Fondation de l'observatoire de Meragah en Perse par Houlaguil Khan, petit-fils de Gendis Khan ; "Tables Ilkhanniennes".

1290. Guillaume de Saint-Cloud : obliquité de l'écliptique = 23°34'.

1344. Levi Ben Gerson (1288-1344) développe l'astronomie théorique et pratique dans le cadre du système de Ptolémée; il introduit l'usage de l'équerre d'arpenteur. Zacuto à Salamanque publie un almanach perpétuel en hébreu.

Paolo Toscanelli (1397-1482) observe les comètes de 1433, 1449, 1456 puis devient conseiller géographique de Christophe Colomb (qui utilisera l'almanach de Zacuto).

Début du XVème siècle : fondation de l'observatoire de Samarkande par Ulug-Beg.

1461. Mort de George Purbach (né en 1423) à Vienne ; il avait publié une "Nouvelle théorie des planètes" qui reprenait les idées d'Aristote et séparaient les régions où évolue chaque planète par des sphères solides.

Johann Muller de Koenigsberg (ou Regiomontanus) (1436-1476), élève de Purbach, corrige les "Tables Alphonsines" en déterminant la position des étoiles avec le triquetrum et le bâton de Jacob ; il établit en 1471 le premier observatoire européen à Nuremberg. Le Pape Sixte VI l'avait invité à proposer une réforme du calendrier, projet qui avorta du fait de la mort du pape.

6. RENAISSANCE

1512
  • Copernic (Niklas Kopperhigk), né en 1473 à Torun (Pologne) formule ses idées sur le système du monde dans "Commentariolus" :

    1) les orbites des planètes sont des cercles autour du Soleil ;
    2) la Terre tourne sur elle-même en un jour et autour du Soleil en un an ;
    3) il en résulte les mouvements apparents des planètes et en particulier les rétrogradations.
    Copernic hésite à publier ses idées.
    1520 En Indes, publication du "Grahalaghava, précis de calcul des positions des planètes.

    1540 - Georg Joachim Rheticus, disciple de Copernic, publie un résumé de ses conceptions dans sa "Narratio Prima".

    1543 - Mort de Copernic. Publication à Nuremberg des six livres "De Revolutionibus Orbium Coelestium".

    1563 - Tycho Brahé (1546-1601) observant une conjonction de Jupiter et de Saturne, s'aperçoit que les Tables alphonsines font une erreur d'un mois et les Tables prussiennes de quelques jours. Il décide de se consacrer à l'observation pour recueillir des données précises devant servir aux prévisions astrologiques.
    11 novembre 1572 : Tycho Brahé observe une étoile nouvelle dans Cassiopée ; en 1574, l'étoile n'est plus visible.

    1576 - Tycho Brahé commence à bâtir Uraniborg, son observatoire de l'île danoise de Hven où il utilisera un quadrant de 6 pieds 3/4.

    15 octobre 1582 Réforme du calendrier édictée par le Pape Grégoire XII selon les recommandations du Concile de Trente (1545-63) et les travaux astronomiques du Père Clavius : suppression de trois jours bissextiles en 4 siècles et le lendemain du jeudi 4 octobre 1582 fut le vendredi 15 à Rome; en France, application de la réforme à partir du 9 décembre dont le lendemain fut noté 20 décembre ; en Angleterre 3-14 septembre 1752 ; en URSS le 10-23 janvier 1920. Depuis cette dernière date, le calendrier grégorien est pratiquement universel.

    1584 - Giordano Bruno (1548-1600) publie à Londres "De infinito, universo e mondi" (l'infini, l'Univers et les mondes) où il expose d'idée d'un univers non centré sur la Terre.

    1588 - Tycho Brahé commence à publier "Astronomiae instauratae progymnasmata" (préliminaires pour une astronomie rénovée) sur les mouvements du Soleil, des planètes et des comètes. Précision des positions à 40" près. Tycho ne pouvant mesurer la parallaxe des comètes en déduit que ce sont des objets célestes et non des météores atmosphériques.
    1596 - David Fabricius (1564-1617) découvre les variations d'éclat de l'étoile la plus brillante de la Baleine qui sera dénommée Mira Ceti par Hevelius. Bouillau en 1632 mesurera sa période : 333 jours.

    1596 - Johannes Kepler (1571-1630) qui a été l'élève du copernicien Maestlin (1550-1631) à Tübingen, publie "Mysteriumù cosmogaphicum" (le Mystère cosmographique) qui contient l'hypothèse des cinq polyèdres réguliers soutenant les six sphères ou "orbes" portant les orbites des six planètes.

    17 février 1600 - Giordano Bruno est brûlé vif sur le Campo di Fiori à Rome. Matteo Ricci (1552-1610) traduit des documents astronomiques chinois.

    7. UN GRAND SIECLE POUR L'ASTRONOMIE, LE XVIIème

    Premières innovations dans les méthodes de calcul et les instruments :

    1600 - François Viète (1540-1603) perfectionne les calculs de trigonométrie sphérique.

    1609 - Galilée construit sa première lunette et observe la Lune, Vénus, Jupiter et la Voie Lactée.

    1614 - Neper (John Napier of Mercheston) (1550-1617) publie la première table de logarithmes (de base e).

    1618 - Henry Briggs (1561-1630) qui avait étudié l'aire du triangle sphérique, publie une table de logarithmes à dix décimales (base dix).

    1620 - Snellius (Willebrod Snell) (1580-1626) énonce la loi des sinus pour la réfraction de la lumière. Il invente la méthode de la triangulation qui sera utilisée par la suite dans toutes les mesures géodésiques.

    1628 - Adriaan Vlacq (1600-1667) publie une table de logarithmes à dix décimales avec les fonctions trigonométriques.

    KEPLER Johannes Kepler (1571-1630), à la mort de Tycho Brahé, hérite des données que celui-ci avait accumulées sur les planètes ainsi que le titre de mathématicien impérial. 1604 - Il observe une étoile nouvelle dans le Sagittaire. Il publie "Ad Vitellionem Paralipomena quibus astronomiae pars optica traditur" (Compléments à Vitellion ou Partie optique de l'astronomie). Il donne les tables de correction de la réfraction atmosphérique.

    1606 - Il publie "De Stella nova".

    1609 - Il publie "Astronomia nova, eu physica coelestis" (Astronomie nouvelle ou physique céleste) dans lequel il donne les énoncés des deux premières lois.

    1610 - Il écrit la longue lettre à Galilée "Conversations avec le messager céleste".

    1618 - "Epi tome astronomiae copernicanae" (ou abrégé d'astronomie copernicienne).

    1619 - "Harmonices mundi libri V" (L'harmonie du monde en 5 livres) où il énonce la troisième loi.

    1627 - "Tabulae rudolphinae" (Table rudolphines) calculées selon les trois lois.

    GALILEE Galileo Galilei (1564-1642) découvre en janvier 1610 les quatre gros satellites de Jupiter. Il publie en mars 1610 "Sidereus Nuncius" (Le messager céleste) qui annonce cette découverte ainsi que celle des phases de Vénus, la résolution de la Voie Lactée en étoiles et les premiers détails du relief lunaire.

    1618 - Première condamnation par l'Inquisition : interdiction d'enseigner l'astronomie copernicienne, un système absurde et contraire aux saintes écritures.

    1623 - "Il Saggiatore" (L'essayeur) à propos des comètes de 1618.

    1632 " Dialogo di Galileo Galilei Linceo... dove ne i congressi di quattro giornate si discorre sopra i due maaimi sisteni des mondo tolemaico e copernicano" (ou Dialogue des grands systèmes).

    1633 - Condamnation de Galilée à la réclusion perpétuelle.

    1638 - "Discorsi et dimostrazioni matematiche intorno a due nuove scienze attenenti alla mecanica e i movimenti locali"(Dialogue des sciences nouvelles). Galilée avait découvert la libration de la Lune, Mizar la première étoile double et les taches du Soleil. Il meurt aveugle à Arcetri en 1642.

    1603 - Johan Bayer (1572-1625) publie son "Uranometria", atlas céleste donnant toutes les étoiles observées par Tycho Brahé, les étoiles les plus brillantes étant affectées de lettres grecques dans chaque constellation.

    1611 - Simon Mayer ou Marius (1570-1624) dispute à Galilée la découverte des satellites de Jupiter. Il est le premier à noter l'existence d'une "nébuleuse" dans Andromède.

    1611 - Nicolas Fabri Peiresc (1580-1632) découvre la nébuleuse d'Orion.

    1611 - Johann Fabricius (1587-1615) à Emden et Christian Scheiner (1575-1650) à Ingolstadt disputent à Galilée la découverte des taches du Soleil.

    7 novembre 1631 - Pierre Gassendi (1592-1655), à Paris, observe pour la première fois un passage de Mercure sur le disque solaire.

    1636 - Gassendi et Peiresc établissent la première carte de la Lune qui sera gravée par Mellan. Peiresc propose d'utiliser les phénomènes des satellites de Jupiter comme signaux pour mesurer des différences de longitude.

    1636 - Francesco Fontana (1580-1656) observe des taches sur Mars et des bandes sur Jupiter. Observations confirmées par Nicolo Zucchi (1586-1670).

    1637 - René Descartes (1596-1650) publie son "Discours de la méthode" et les trois traités d'application, "Géométrie", "Dioptriquell, "Météoresé".

    1639 - Jeremiah Horrocks (1617-41) observe le passage de Vénus sur le disque solaire depuis Liverpool.

    1644 - Schall von Bell reçoit la direction du K'in t'ien kien (bureau impérial d'astronomie de Chine).

    1640-66 - Adrien Auzout (1622-91) à Paris, William Crabtree (1610-44) et William Gascoigne (1612-44) à Londres inventent le micromètre à fil qui, combiné avec l'oculaire convergent de Huygens ajoute à la lunette, instrument d'observation, des possibilités d'instrument de mesure.

    Johann Hewel dit Hevelius (1611-84) à Gdansk établit une carte de la Lune et publie en 1647 une "Selenographia". Il découvre la libration en longitude de la Lune et les facules à la surface du Soleil. Il publie un catalogue stellaire et dénomme l'Ecu de Sobieski. En 1668, il publie sa "Cometographia".

    1652 - Ismaël Boulliau (1605-94) donne 333 jours pour la période de variation d'éclat de Mira Ceti.

    1667 - Montana à Bologne observe la variation périodique d'éclat d'Algol.

    Christian Huygens (1629-95) découvre Titan en 1655, publie en 1659 "Systema Saturnium" qui décrit la forme de l'anneau et explique sa disparition périodique. Il perfectionne les horloges à balancier (pendule cycloïdal) et invente le ressort spiral et le pendule de torsion. En 1690, il publie son "Traité de la lumière".

    Fondation des grands observatoires

    1667 - Fondation de l'Observatoire de Paris prévu pour abriter les travaux de la nouvelle Académie des Sciences. Y travailleront : Cassini, Picard, Roberval (Gilles Personne de - 1602-75) et Philippe de La Hire (1640-1718). A partir de 1679 l'Observatoire publiera annuellement la "Connaissance des temps".

    Jean-Dominique Cassini (1625-1712) appelé à Paris pour travailler à l'Observatoire découvre Japet (1671), Rhéa (1672), la division des anneaux de Saturne (1675), Tethys et Dioné (1684).

    1667 - Jean Picard (1620-82) mesure un arc de méridien entre Amiens et Juvisy par la méthode de triangulation. Résultat : 57 060 toises par degré de méridien soit un rayon terrestre de 3 269 297 toises (6 371 860 m).

    1672 - Jean Richer (1630-96) en mission à Cayenne participe à une mesure de la parallaxe de Mars en collaboration avec Picard et Cassini.

    1675 - Olaus Roemer (1644-1710), embauché à Copenhague par Picard, mesure à Paris la vitesse de la lumière grâce à la mesure des retards des éclipses de Io. Il trouve 48 203 lieues par seconde (215 000 km/s) ce qui correspond à 11 minutes de lumière du Soleil à la Terre. La mesure sera perfectionnée par Halley en 1694 qui donnera 8,5 minutes au lieu de 11.

    1676 - Fondation de l'Observatoire de Greenwich selon les plans de John Flamsteed (1646-1719), premier à porter le titre "Astronome Royal". Flamsteed veut travailler à l'amélioration de la mesure des longitudes en affinant les positions des étoiles et en établissant de bonnes tables des mouvements de la Lune.

    1676 - Picard et Cassini donnent 9,5" pour la parallaxe du Soleil.

    Isaac Newton (1642-1727) découvre la loi de l'attraction universelle pendant la grande peste (1666). Polémiques avec Robert Hooke (1635-1703) qui publie en 1674 "An attempt to prove the motion of the Earth from observations". Halley, en 1686, décide Newton à publier "Philosophiae naturalis principia mathematica" (Les Principes mathématiques de la philosophie naturelle), le premier tirage fut de 250 exemplaires. Newton avait présenté son télescope à la Royal Society en 1672 ; le principe de l'instrument avait été donné en 1663 par James Gregory (1638-75) ; un obscur habitant de Chartes, Cassegrain, proposait à la même époque, sans succès, le montage de télescope qui porte son nom.

    Edmund Halley (1656-1742) qui succédera à Flamsteed comme Astronomer royal, calcule l'orbite de la comète de 1682 en utilisant la méthode de Newton, et prédit son retour en 1759.

    1686 - Bernard Le Bovier de Fontenelle (1657-1757) publie ses "Entretiens sur la pluralité des mondes", premier exemple de vulgarisation scientifique. En 1662, Cyrano de Bergerac avait publié "Histoire comique des Etats et Empires du Soleil" à ranger plutôt dans le genre de la science-fiction.

    1693 - Halley découvre l'inégalité séculaire de la Lune.

    8. LE XVIIIEME SIECLE, L'APRES NEWTON

    1704 - Römer utilise une "rota meridiana" (un cercle méridien) pour observer des hauteurs méridiennes.

    1704 - Newton publie son "Opticks".

    James Bradley (1692-1762), troisième "Astronomer royal", met au point la méthode dite "de l'œil et de l'oreille" pour les mesures méridiennes en utilisant la "machina domestica" de Römer. En cherchant à mettre en évidence une parallaxe annuelle d'étoile, il découvre par l'observation de Gamma Draconis l'aberration de la lumière (1728) et quelques années plus tard, le mouvement de nutation de l'axe terrestre (1736). En 1745, il donne pour amplitude de ces deux phénomènes 18 " et 16" (au lieu de 18,4" zr 13,8"). Quand il meurt en 1762, il aura pratiqué 60 000 observations méridiennes.

    1720 - Nakane Genkei est nommé directeur de l'observatoire de Yedo (Japon).

    1720 - Publication des mesures de la méridienne de France commencées par Picard et prolongées de Collioure à Dunkerque par Jacques Cassini (1677-1756).

    1725 - Publication de "Historia Coelestis Britannia", catalogue de 3 000 étoiles établi par Flamsteed.

    1732 - Daniel Bernoulli (1700-1782) reçoit un prix de l'Académie des sciences de Paris pour un mémoire sur le problème des deux corps dans le cadre de la mécanique newtonienne.

    1736 - Expédition de Laponie de Pierre-Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759) et Alexis Clairaut (1713-1765) pour mesurer un arc de méridien et vérifier l'aplatissement de la Terre aux pôles prédit par Newton.

    1738 - Jacques Cassini met en évidence l'existence de mouvements propres stellaires.

    1738 - Traité chinois d'astronomie des PP Koegler et Pereira.

    1740 - Expédition au Pérou de Pierre Bouguer (1698-1758) et Charles de La Condamine (1701-1774) pour mesurer un arc de méridien et compléter les résultats de l'expédition de Laponie.

    1742 - Jean Le Rond d'Alembert (1717-1783) donne une explication de la précession plus rigoureuse que celle de Newton.

    1744 - Cassini de Thury (1714-1784) met en chantier une carte de France au 1/86400 qui sera présentée à la Constituante en 1789 par Cassini IV.

    1748-1752 - Leonhard Euler (1707-1783) étudie le problème des n corps et met au point la méthode dite "de variation des constantes" pour le calcul des perturbations.

    1749 - Georges-Louis Leclerc de Buffon (1707-1788) énonce une théorie "catastrophique" qui explique la formation des planètes par le choc d'une comète sur le Soleil.

    1750 - Thomas Wright présente une théorie de la Voie Lactée ensemble d'étoiles en forme de disque aplati expliquant l'aspect observé.

    1751 - Première organisation internationale d'observations à l'occasion de l'opposition périhélique de Mars. Résultats médiocres quant à la détermination de la parallaxe du Soleil mais Nicolas de La Caille (1713-1762) à cette occasion, du Cap, dresse un premier catalogue de dix mille étoiles australes. Observations de Lalande à Berlin, de Cassini de Thury à Paris, de Zanotti à Bologne, de Bradley à Greenwich, de Wargentin à Stockholm.

    1755 - Emmanuel Kant (1724-1804) publie son "Traité du ciel" dans lequel il énonce l'hypothèse de la nébuleuse primitive qui explique la formation des planètes et se trouve ainsi en concurrence avec la théorie catastrophique de Buffon.

    1756 - Publication de la première traduction française des "Principia" de Newton, sous le titre "Principes mathématiques de la philosophie naturelle" réalisée par Emilie Le Tonnelier de Breteuil marquise du Châtelet (1706-1749) qui a bénéficié des conseils de Clairaut.

    1758 - John Dollond (1706-1761) construit un objectif achromatique.

    1759 - Clairaut secondé par J-J Le François de Lalande (1732-1807) et Hortense Lepaute, calcule et prédit le passage de la comète de Halley à son périhélie à un mois près.

    1761 - Jean-Henri Lambert (1728-1777) publie ses "Lettres cosmologiques", tableau physique de l'Univers dans l'esprit du XVIIIème siècle ; son "Traité des comètes" est riche de propriétés géométriques ; Lambert distingue clairement le mouvement propre réel des étoiles des mouvements apparents dus au mouvement du Soleil.

    1761 - Tobias Mayer (1723-1762), à Göttingen, établit les formules de correction tenant compte des déviations instrumentales ; il calcule des tables de la Lune qui seront publiées en 1770.

    1761-1769 - Observations des deux transits de Vénus pour déterminer la parallaxe du Soleil. Observations de 1761 depuis Rodrigues, Paris, Tobolsk et Tahiti ; en 1769 depuis Tahiti, Batavia, Vardö et Paris. Résultats : la parallaxe du Soleil est comprise entre 8,55" et 8,88". Parti aux Indes pour observer le transit de Vénus, Guillaume Le Gentil y séjourne de longues années et en rapporte les premières données sur l'histoire de l'astronomie indienne.

    1760-1768 - Analyse des aberrations géométriques et chromatiques par Clairaut et d'Alembert.

    1765 - Euler montre qu'il doit exister une variation des pôles terrestres.

    1771 - Publication de l' "Astronomie" de Lalande en quatre volumes.

    1771 - Charles Messier (1730-1817) publie son catalogue de nébuleuses.

    1772 - Johan Titius (1729-1796) énonce la loi dite de Titius-Bode sur les distances des planètes au Soleil.

    1773-1776 - Pierre-Simon Laplace (1749-1827) et Joseph-Louis Lagrange (1736-1813) établissent l'invariabilité des grands axes des orbites planétaires ce qui démontre la stabilité du système solaire.

    1780 - Laplace étudie le mouvement elliptique des comètes.

    1780 - Première expédition astronomique organisée par le collège américain de Harvard pour l'observation d'une éclipse de Soleil.

    1781 - William Herschel (1738-1822) découvre Uranus, puis Titania et Obéron en 1787, puis Mimas et Encelade en 1789. Il publie en 1799 quatre catalogues de nébuleuses. Il fonde l'astronomie des étoiles doubles. En 1781, il construit un télescope de 20 pieds, en 1783 un télescope de 40 pieds (12 m) de 122 cm d'ouverture.

    1782 - Sylvain Bailly (1736-1793) publie son "Histoire de l'astronomie".

    1783 - Herschel donne sa première estimation de l'apex : a = 246° J = + 50°

    1783 - Pingré (1711-1796) publie sa "Cométographie" ou traité théorique des comètes.

    1787 - Laplace relie l'inégalité séculaire de la Lune à la variation l'excentricité de l'orbite terrestre.

    1794 - Publication de l' "Exposition du système du monde" dans lequel Laplace reprend et développe l'hypothèse de la nébuleuse primitive antérieurement suggérée par Kant.

    1795 - Création du Bureau des Longitudes (le 7 messidor an III).

    1797 - Wilhelm Olbers (1758-1840) publie son traité sur le calcul des orbites des comètes et il énonce son "paradoxe".

    1799-1825 - Publication du "Traité de mécanique céleste" de Laplace.

    1800 - Expérience de William Herschel sur l'exploration thermique du spectre solaire et reconnaissance du pouvoir calorifique de la région contiguë au rouge (première donnée de l'astronomie IR).

    9. LE XIXEME SIECLE, L'AVENEMENT DE L'ASTROPHYSIQUE

    A partir de 1801, devant la prolifération des découvertes, il a paru plus instructif ou plus commode de classer les événements astronomiques par grands thèmes :

    Remarque: toute classification impose un ordre contre nature car la nature se moque de toutes les classifications ; pour remédier à l'arbitraire de la classification, certains événements sont cités plusieurs fois. Pour chaque thème, on s'est efforcé de suivre l'ordre chronologique, ce qui signifie qu'on n'a pas pu l'observer toujours ; il y a des rapprochements qui s'imposent même quand ils contredisent la marche du temps.

    91. Instruments et techniques d'observation

    1817 - Friedrich Wilhelm Bessel (1784-1846) imagine les fonctions qui portent son nom pour développer le rayon vecteur Soleil-Terre en fonction des puissances de l'excentricité.

    1820 - Le Suisse Pierre-Louis Guinand (1744-1825) améliore la fabrication des objectifs de réfracteur.

    1821 - Joseph von Fraunhofer (1787-1826) mesure les longueurs d'onde de la double raie D du spectre du Soleil obtenu avec un réseau.

    1824 - Construction d'un réfracteur de 24 cm à Dorpat (Tartu) en Esthonie, par Fraunhofer.

    1831 - Fondation de l'Observatoire du Cap par Thomas Henderson (1798-1844).

    1836 - Mesures photométriques par John Herschel (1792-1871) au Cap.

    1836 - Carl Steinheil (1801-1870) réalise un photomètre grâce auquel est dégagée la loi de Gustave Fechner (1801-1887).

    1839 - Fondation de l'Observatoire de Harvard College (Cambridge USA) par W.C.Bond (1789-1859).

    Fondation de l'Observatoire de Poulkovo (Russie) par Friedrich Georg Struve (1793-1864)

    1839 - Transmission télégraphique de signaux horaires réalisée par Samuel Morse (1791-1872).

    1840 - William Lassell (1799-1880) réalise la monture équatoriale et l'entraînement automatique.

    1840 - John William Draper (1811-1882) réalise un daguerréotype de la Lune.

    1843 - Macedonio Melloni (1798-1854) reconnaît que le rayonnement lumineux et le rayonnement calorifique sont deux aspects du même phénomène.

    1844 - Transmission télégraphique de signaux horaires par Charles Wilkes (1801-1877).

    1845 - Lord Rosse (William Parsons) (1800-1867) construit son grand télescope (longueur 17 m, ouverture 182 cm) qui lui permet de découvrir les "nébuleuses spirales".

    1845 - Léon Foucault (1819-1868) et Hippolyte Fizeau (1819-1896) réalisent un daguerréotype du Soleil.

    1847 - Synchronisation des horloges réalisée par Foucault.

    1850 - François Arago (1786-1853) réalise un photomètre.

    1853 - Photographies de la Lune réalisées à Londres par Warren De La Rue (1815-1889).

    1856 - Substitution du verre argenté au bronze pour les objectifs des télescopes par Foucault à Paris et par Steinheil à Munich.

    1857 - Le Photohéliographe de Warren De La Rue est installé dans le parc de Kew aux environs de Londres.

    1858 - Mesures photométriques par la méthode photographique par W.C.Bond.

    1871 - Emploi en photographie des émulsions sèches au gélatinobromure d'argent.

    1880 - Bolomètre de Samuel Langley (1834-1906).

    1881-85 - Mesures photométriques par la méthode dite de l'extinction par Charles Pritchard (1808-1893).

    1882 - Edward Pickering (1846-1919) distingue magnitude visuelle et magnitude photographique.

    1882 - Andrew Common (1841-1903) obtient une photographie de la Nébuleuse d'Orion avec son télescope de 90 cm.

    1885 - Alvan Clark installe un réfracteur équatorial de 76 cm d'ouverture à Poulkovo.

    1885 - Les frères Henry, Paul (1849-1901) et Prosper (1848-1902) adoptent l'équatorial photographique de 33 cm d'ouverture dont 18 répliques sont mises en service pour l'entreprise internationale de "la carte du ciel"(1887).

    1888 - Mise en service du réfracteur de 91 cm de Lick.

    1889 - Johann Repsold (1838-1919) met au point le micromètre impersonnel ce qui ramène l'ordre de grandeur des erreurs en ascension droite à celui des erreurs en déclinaison dans les mesures méridiennes.

    1895 - Effet photo-électrique : enregistrement de George Minchin (1845- 1914) par cellule au sélénium.

    1895 - Henry Rowland (1848-1901) réalise le réseau objectif.

    1897 - Mise en service du réfracteur de 102 cm à Yerkes.

    1898 - Le phénomène de la pression de radiation est mis en évidence grâce au radiomètre de Ernest Nichols (1869-1924).

    92. Astrométrie

    1803 - William Herschel publie les premières mesures micrométriques d'étoiles doubles.

    1815 - Friedrich Wilhelm Bessel (1784-1846) donne la première valeur précise de la précession par analyse des mouvements propres apparents des étoiles. Mesures perfectionnées par Bessel (1818), Otto Struve (1842), Simon Newcomb (1898).

    1824 - Bessel fait établir les cartes célestes de l'Académie de Berlin (40 000 étoiles).

    1824 - Friedrich Argelander (1799-1875), directeur de l'observatoire de Bonn, entreprend avec Schönfeld et Krüger 850 000 observations équatoriales différentielles.

    1824 - F.G.Wilhelm Struve calcule les premières orbites d'étoiles doubles.

    1827 - Félix Savary (1797-1841) calcule les éléments orbitaux de Ursae Majoris (période de 60 ans) et vérifie que la loi de Newton s'applique donc aussi en dehors du système solaire.

    1831 - John Herschel (1792-1871) résout le problème général de la détermination des éléments orbitaux d'une binaire.

    1838 - Bessel, à Koenigsberg, avec un héliomètre de Fraunhofer mesure la parallaxe de 61 Cygni (0,30").

    1838 - F.G.W.Struve, à Dorpat, mesure la parallaxe de Véga (entre 0,12" et 0,26").

    1838 - Argelander améliore la détermination de l'apex = 260° = +32°

    1840 - Thomas Henderson (1798-1844) et Thomas Mac Lear (1794-1879) mesurent la parallaxe de Centauri (0,98").

    1842 - Otto Struve (1819-1905) améliore la mesure de la précession.

    1844 - Argelander publie un "Appel aux amis de l'astronomie" dans lequel il pose les principes de l'observation des étoiles variables.

    1845 - Mesures de parallaxes stellaires par Christian Peters (1806-1880) à Poulkovo.

    1850 - George Airy (1801-1892) met en service à Greenwich un instrument méridien perfectionné.

    1852 - Stephen Alexander (1806-1883) émet l'idée d'une structure spirale de la Voie Lactée.

    1862 - Publication des catalogues de la "Bonner Durchmusterung" (BD) donnant les positions de 324188 étoiles à 1' près.

    1864 - William Huggins (1824-1910) établit la nature gazeuse de certaines nébuleuses.

    1868 - Premier catalogue de 336 étoiles établi par Otto Struve à Poulkovo.

    1879 - Premier système fondamental de 539 étoiles par Georg Auwers (1838-1915).

    1880 - Edward Pickering (1846-1919) détermine les éléments orbitaux d'Algol.

    1885 - Entreprise de la Carte du ciel des frères Henry généralisée dans 18 observatoires répartis dans le monde (la réalisation durera plus de cinquante ans).

    1886 - Eduard Schönfeld (1828-1891) étend la B.D. à 133 000 étoiles au nord de -23° ; la "Südliche Durchmusterung".

    1889 - Hermann Vogel (1841-1907) observe le déplacement des raies dans le spectre d'Algol.

    1890 - Pickering découvre à Harvard les binaires spectroscopiques.

    1890 - Jacobus Kapteyn (1851-1922) étudie les mouvements stellaires et avec David Gill mesure les positions de milliers d'étoiles australes.

    1891 - Seth Chandler (1846-1913) décèle deux périodes de 12 et 14 mois dans les variations des pôles terrestres.

    1892 - Paul Kempf (1856-1920) évalue à 18,5 km/s la vitesse du Soleil vers l'apex d'après les 51 vitesses radiales mesurées par Vogel (1841-1907).

    1897 - Hermann Kobold (1858-1942) décèle statistiquement un effet systématique des mouvements propres absolus.

    N-B : à la fin du XIXème siècle, on connaît la parallaxe d'une cinquantaine d'étoiles ; on admet couramment que l'Univers se confond avec le monde galactique.

    93. Astrophysique générale

    1802 - William Wollaston (1766-1828) observe des raies sombres dans le spectre du Soleil.

    1814 - Fraunhofer dresse la carte du spectre du Soleil, note huit raies intenses dont la raie D correspondant au sodium.

    1826 - Heinrich Schwabe (1789-1875) commence un recensement quotidien des taches du Soleil.

    1834-38 - Mesures de John Herschel, au Cap, sur les grandeurs d'étoiles.

    1837 - Pouillet mesure la constante solaire.

    1836 - Steinheil constate que les grandeurs d'étoiles varient comme le logarithme des éclats (loi de Fechner).

    1842 - Christian Doppler (1803-1853) démontre l'effet de variation de fréquence du son d'une source en mouvement.

    1843 - Argelander publie son "Uranometria Nova" et pose les principes de l'étude des étoiles variables.

    1843 - Rudolf Wolf (1816-1893) dresse la statistique des taches solaires et relève une période de 11,1 années dans l'évolution de l' activité solaire.

    1844 - De l'observation de Sirius et de Procyon, Bessel conjecture l'existence de compagnons obscurs.

    1848 - Hippolyte Fizeau (1819-1896) démontre que l'effet Doppler s'applique aux sources de lumière.

    1849 - Fizeau mesure la vitesse de la lumière par la méthode de la roue dentée.

    1856 - Norman Pogson (1809-1891) propose d'affecter le logarithme de l'éclat du coefficient 2,5 dans la formule qui définit les magnitudes relatives m = -2,5 log E + C de telle façon qu'une différence de 5 en magnitude corresponde à un rapport des éclats de 1/100.

    1859 - Carrington, Spörer et Hodgson étudient la rotation des taches à la surface du Soleil (période de 25,4 jours) et découvrent les éruptions solaires.

    1859 - Gustav Kirrchoff (1824-1887) et Robert Bunsen (1811-1899) expliquent les raies brillantes (émission) ou sombres (absorption) des spectres : communication de Kirrchoff à l'Académie de Berlin le 27 octobre 1859.

    1860 - Foucault (1819-1868) et George Stokes (1819-1903) identifient les raies H et K du spectre du Soleil.

    1862 - Foucault mesure la vitesse de la lumière par la méthode du miroir tournant.

    1863 - William Huggins (1824-1910) et William Miller (1817-1870) décèlent par spectroscopie une douzaine d'éléments chimiques simples dans Bételgeuse et Aldébaran.

    1864 - Huggins observe un spectre sans raies d'absorption dans une nébuleuse planétaire.

    1865 - Friedrich Zollner (1834-1892) émet l'idée que la température de l'étoile révélée par le spectre donne une information sur son évolution.

    1866 - Huggins observe les raies brillantes de l'hydrogène dans le spectre d'une nova.

    1867 - Angelo Secchi (1818-1878) répartit les spectres stellaires en trois classes selon la présence ou l'intensité de certaines raies.

    1867 - C. Wolf et G.Rayet, à l'Observatoire de Paris, découvrent dans le Cygne une étoile brillante dont le spectre présente des raies brillantes.

    1868 - J. Janssen et N. Lockyer observent le spectre des protubérances pendant une éclipse de Soleil ; Janssen y découvre la présence d'un gaz inconnu, l'hélium.

    1868 - Huggins applique la spectroscopie à la mesure des vitesses radiales par effet Doppler-Fizeau.

    1868 - Fizeau énonce le principe de l'observation par interférométrie.

    1869 - Secchi et la Société des Spectroscopistes italiens entreprennent une étude permanente des images spectroscopiques des bords du Soleil. Spectre de la couronne par W.Harkness et C.Young.

    1870 - Charles Young (1834-1908) interprète certaines raies du spectre de la couronne solaire comme provenant d'un corps inconnu qu'il appelle le "coronium" ; il découvre la couche renversante.

    1874 - Hermann Vogel (1841-1907) reprend l'idée de Zoolner (1865) et Joseph Lockyer (1836-1920) ajoute la densité comme facteur fondamental de l'évolution d'une étoile.

    1875 - Violle mesure la constante solaire.

    1876 - Fondation de l'Observatoire de Meudon où Jules Janssen (1824-1907) obtient le spectre de la chromosphère du Soleil et de superbes photographies des "grains de riz".

    1879 - Adoption de la formule de Pogson. Mesures photométriques de Pickering.

    1879 - Joseph Stefan déduit de mesures observationnelles la proportionnalité de la luminosité d'une étoile à la quatrième puissance de sa températures absolue.

    1880 - Recherches de Gustav Muller (1862-1906) sur l'absorption atmosphérique.

    1880 - Pickering explique la courbe de lumière d'Algol par l'éclipse d'un compagnon moins brillant.

    1884 - Ludwig Boltzmann (1844-1906) établit théoriquement la loi de Stefan.

    1885 - Johann Balmer (1825-1898) publie la formule de quatre raies de l'hydrogène dans le spectre visible.

    1885 - Pickering utilise un prisme objectif.

    1886-1905- Mesures de Gustav Muller et Paul Kempf (1856-1920) au photomètre de Zollner et publication du "Postdam Durchmusterung".

    1887 - Expérience de Michelson-Morley.

    1891 - Henri Deslandres à Meudon et G.E.Hale à Chicago utilisent des spectro-héliogrammes.

    1895 - Bayley découvre photographiquement des variables d'amas.

    1895 - William Ramsay (1852-1916) découvre l'hélium terrestre et explique les raies trouvées par Antonia Maury (1866-1952) dans le spectre des étoiles brillantes d'Orion.

    1897-1900 - Lockyer propose les premiers modèles d'évolution stellaire.

    Fin du XIXème siècle - Les astronomes de Harvard entreprennent de perfectionner la classification de Secchi en créant les classes OBAFGKM, travaux de Pickering, William Fleming (1857-1911), Antonia Maury et Annie J .Cannon (1863-1941).

    Théories sur l'origine de l'énergie rayonnée par le Soleil

    94. Système solaire

    Fin du XVIIIème siècle - Johann Bode (1747-1826) vérifie la loi de Titius pour Uranus et en infère qu'il faut chercher une planète entre les orbites de Mars et de Jupiter. Programme d'observations systématiques de Franz von Zach (1754-1832).

    1er janvier 1801 - Giuseppe Piazzi (1746-1826) découvre un objet de huitième grandeur qui n'a pas l'aspect d'une comète. Bode fait calculer l'orbite à partir de trois observations par Carl Friedrich Gauss (1777-1855). L'objet découvert par Piazzi est dénommé Cérès. ( N-B. en 1801, Georg Friedrich Hegel venait de "démontrer" que le nombre des planètes ne pouvait être que sept).

    1802 - Olbers découvre la petite planète Pallas ; il avance l'hypothèse d'une planète désagrégée en plusieurs fragments ou astéroïdes.

    1802 - Johann Schröter (1745-1816) publie une carte de la Lune ;

    1804 - Harding découvre Junon.

    1807 - Olbers découvre Vesta.

    1809 - C.F.Gauss publie "Theoria motus corporum coelestium" 26 novembre 1818 - Jean-Louis Pons (1761-1831), qui découvrira par la suite 37 comètes, découvre une comète dont Encke calcule les éléments orbitaux et note la lente diminution de sa période.

    1821 - Alexis Bouvard (1767-1843) publie de nouvelles tables dUranus.

    1824 -Marie-Charles Damoiseau de Monfort publie de nouvelles tables de la Lune.

    1834 - William Rowan Hamilton (1805-1865) donne, en mécanique, les équations canoniques qui portent son nom.

    1834 - Denison Olmsted (1791-1859) et Alexander Twining (1801-1884) montrent que les "étoiles filantes" sont des essaims de corpuscules pénétrant dans l'atmosphère terrestre.

    1834-1837 - Cartes de la Lune par Wilhelm Beer (1797-1850) et Johann Miidler (1794-1874).

    16 novembre 1835 - Passage de la comète de Halley à son périhélie (prévu par le calcul à douze jours près).

    1844 - Carl Gustav Jacobi (1804-1851) publie ses travaux d'analyse sur la réduction des systèmes d'équations différentielles.

    1845-1847 - Karl Hencke (1793-1866) découvre les cinquième et sixième astéroïdes.

    Octobre 1845 - George Airy (1801-1892) reçoit à l'Observatoire de Greenwich les éléments de l'orbite d'une planète transuranienne calculés par John Couch Adams (1819-1892).

    31 août 1846 - Urbain Le Verrier (1811-1877) publie les éléments de l'orbite d'une planète transuranienne qu'il a calculés.

    23 septembre 1846 - Johann Galle (1812-1910), à l'Observatoire de Berlin, découvre Neptune à 52' de la position calculée par Le Verrier.

    1848 - William Lassell (1799-1880) et William Cranch Bond (1789-1859) découvrent Hyperion.

    1850 - W.C.Bond réalise la première photographie de la Lune.

    28 juin 1851 - Henri-Louis Arrest découvre la comète qui porte son nom.

    1851 - W.Lassell découvre Ariel et Umbriel.

    1853 - J.C.Adams étudie le mouvement du périgée de la Lune.

    1857 - Peter Hansen (1795-1874) publie de nouvelles tables de la Lune.

    1859- Angelo Secchi (1818-1878) croit voir des canaux sur Mars.

    1861 - D.Kirkwood formule l'hypothèse que les météorites sont des produits de désintégration de comètes.

    1864 - Giovanni Donati (1826-1873) applique la spectrographie aux comètes et découvre leur luminescence propre.

    1865 - F.Zollner mesure l'albédo des planètes.

    1866 - Giovanni Schiaparelli (1835-1910) identifie l'orbite des Perséides avec une comète découverte en 1862.

    1868 - Huggins découvre la présence d'éléments hydrocarbonés dans les comètes.

    1877 - Ernst Tempel (1811-1889) découvre sa 17ème comète.

    1877 - George William Hill (1838-1914) publie sa "Théorie de la Lune".

    11 août 1877 - Asaph Hall découvre Phobos et Deimos.

    1878 - Carte de la Lune de Julius Schmidt (1825-1884).

    1882 -Theodor von Oppolzer (1841-1886) publie son traité de mécanique céleste.

    1889 - Henri Poincaré (1854-1912) publie son mémoire "Sur le problème des trois corps et les équations de la dynamique".

    1892-1899 - Henri Poincaré publie "Les méthodes nouvelles de la mécanique céleste".

    1895 - Simon Newcomb (1835-1909) publie "the elements of the four inner planets and the fundamental constants of astronomy" qui laisse inexpliqué un mouvement du périhélie de Mercure de 41" par an.

    1896-1910 - Maurice Loewy (1833-1907) et Pierre-Henri Puiseux (1855-1928) publient leur "Atlas photographique de la Lune".

    1900 - A cette date 450 astéroïdes ont été identifiés par la méthode photographique de Wolf.

    95. Etoiles et nébuleuses

    1810 - William Herschel, par la méthode des "jauges", tente une description de l'ensemble du monde des étoiles et des nébuleuses.

    1830 - Argelander mesure 390 mouvements apparents d'étoiles et en déduit que le mouvement du Soleil vers l'apex calculé par W.Herschel est correct.

    1844 - Bessel observe les variations périodiques dans les positions de Sirius et de Procyon; il les explique par la présence de compagnons de masses comparables à celles des astres principaux.

    1845 - Lord Rosse (William Parsons) avec son grand télescope de 182 cm d'ouverture découvre la structure spirale de certaines nébuleuses.

    1851 - Stephen Alexander (1806-1883) dénomme "elliptiques" certaines nébuleuses non spirales.

    1851 - Christian Peters (1806-1880) et Georg Auwers (1838-1915) en 1862 déterminent l'orbite du compagnon supposé de Sirius.

    1862 - Alvan Clark (1832-1897) découvre Sirius B.

    1864 - Publication par John Herschel du Général Catalogue (GC) de 5000 nébuleuses.

    1869 - Richard Proctor (1837-1888) conçoit la Voie Lactée comme un anneau sinueux entourant le Soleil.

    1888 - Isaac Roberts découvre la structure spirale de M.31 qu'il résout en étoiles.

    1888 - Publication par Dreyer du New Général Catalogue ( NGC ) de 12 000 nébuleuses.

    1896 - John Schaerberle (1853-1924) découvre Procyon B à l'Observatoire Lick.

    A la fin du XIXème siècle, on admet couramment que l'Univers se confond avec le monde galactique.

    96 - L'astronomie, les astronomes et le grand public

    1800 - Franz von Zach (1754-1832) commence la publication de "Monatliche Correspondenz".

    1820 - Fondation de l'"Astronomical Society" à Londres.

    1853 - François Arago publie son "Astronomie populaire".

    1863 - Fondation de "Astronomische Gesellschaft".

    1871 - Fondation de "Societa degli Spettroscopisti Italiani".

    1880 - Camille Flammarion (1842-1925) publie son "Astronomie populaire".

    1882 - Camille Flammarion publie "Les Etoiles et les curiosités du ciel".

    1887 - Fondation de la Société Astronomique de France.