LE BIG-BANG

Pourquoi serions-nous le centre de ce curieux mouvement de fuite ? La nature ne serait-elle pas en train de nous jouer un nouveau tour en nous faisant croire que nous sommes au centre du mouvement de fuite ? Pourquoi les galaxies nous fuiraient-elles, nous, alors que nous sommes si peu de chose. Pourquoi nous ? Serions-nous le centre de l'univers? Non, bien sûr. L'interprétation de ce phénomène est toute différente.
Chaque observateur de l'univers, où qu'il soit, a la même vision. C'est tout l'univers qui se dilate. Toutes les distances qui s'accroissent. Nous allons donner une image pour faire comprendre. Ce n'est qu'une image mais elle est assez proche de ce que les astrophysiciens décrivent par le calcul.

Prenons un ballon de baudruche, un ballon que l'on gonfle. Notre univers serait semblable à la surface du ballon ; je dis bien la surface du ballon. L'intérieur ou l'extérieur du ballon ne serait pas l'univers actuel mais ne serait que le passé ou le futur. Le présent serait la surface. Dans ce schéma, les galaxies et même les hommes (tout quoi !) seraient infiniment plats, sans épaisseur.
Si nous imaginons que le ballon est en train de se gonfler, chaque point de la surface verra les autres points le fuir. Il n'y aura pas de centre mais pourtant chacun aura l'impression d'être le centre d'un gigantesque mouvement de fuite. C'est bien l'impression que nous avons dans notre monde réel. De plus, il n'y a pas de limite.

Vous pouvez vous déplacer toujours droit devant vous (toujours sur la surface), vous ne trouverez pas le bord de l'univers, ni la fin. Notre univers ressemblerait donc à la surface de ce ballon en train de se dilater. C'est l'univers en expansion.
Ce schéma simpliste permet de comprendre autre chose. Plus nous regardons loin dans l'univers, plus nous voyons un univers jeune et concentré, car le temps que la lumière nous parvienne l'univers a vieilli et s'est dilaté.
Si nous regardons le plus loin possible, nous voyons, dans toutes les directions, les débuts de l'univers: les galaxies en train de naître et même la matière en train de se former à partir des particules élémentaires. On sait, grâce aux lois de la physique, que ces particules se combinent à une température de 4 000 degrés. Les traces de ce rayonnement très chaud devraient être visibles, le premier cri de l'univers en train de naître.

Les Astronomes au moyen d'antennes réceptrices très sensibles analysèrent le ciel et y découvrirent le rayonnement attendu, exactement comme les astrophysiciens l'avaient prédit. Avec l'expansion de l'univers, c'était l'une des plus formidables découvertes expliquant l'univers fascinant que nous avons sous les yeux.

Mais l'aventure n'est pas terminée. La compréhension humaine ne semble pas avoir de limites. Comme s'étonnait A. Einstein, l'un des plus éminents physiciens de tous les temps, ce qui est incompréhensible est que le monde soit compréhensible.
Nous sommes revenus sous le ciel d'étoiles qui nous est familier. Mais nous savons désormais que derrière ces étoiles très proches se cache un gigantesque univers fait de milliards de galaxies, riches chacune de milliards d'étoiles. Notre univers est vraiment fantastique.