II/ MISE EN ROUTE:

C’est dans cette pièce que notre projet a vu le jour.
Nous sommes en début octobre 1998: Vénus n’est pas visible car elle est trop près du Soleil et Mars apparaît vers 3 heures.
Ce n’est donc pas facile de les observer. De plus, la météo automnale n’arrange pas la vue. Nous avons tout à apprendre sur le repérage des étoiles ainsi que sur l’art de prendre des photos.
Pour y remédier, nous avons participé au premier stage sur les images CCD et nous avons observé les constellations (pour les plus courageux jusqu’à 5 heures du matin) emmitouflés dans nos combinaisons.
Avec notre toute nouvelle Quick-Cam, nous essayons de prendre les photos de Mars qui a une facheuse tendance à se cacher derrière un lampadaire...
Cependant, ce stage avait fait de nous de meilleurs observateurs et nous avions eu le temps de voir toutes les constellations passer de l’Est vers l’Ouest pendant cette nuit.

En revenant de ce stage, il faut avouer que nos photos n’étaient pas exceptionnelles mais nous en étions fiers: c’était un bon début.
C’est pourquoi, nous avons réalisé un second stage sur la photographie.
Divers appareils nous ont été présentés, il est vrai que le numérique nous faisait envie !
Des photos du Soleil, on été prises avec brio par l’équipe. Autre joie de ce stage, nous les avons développées nous mêmes: avec une certaine appréhension avant chaque apparition finale de la photo.
Le Soleil n’étant pas assez puissant pour le sécher, nous avons eu recours au sèche-cheveux.

Une fois les bases acquises, nous avons pu commencer effectivement notre projet.