Sombres histoires...

Ce mois de Novembre sera l'occasion de rappeler la terrible histoire de Saturne, que les Grecs nommaient Chronos, plus précisément "Chronos aux pensées fourbes" !

Nés des amours tumultueuses de la Terre et du Ciel, Chronos, ses frères et ses soeurs étaient tous l'objet d'une haine farouche de la part de leur père : A peine étaient-ils nés qu'au lieu de les laisser monter à la lumière, il les cachait tous dans le sein de la Terre. Gaia, leur mère en éprouvait un terrible ressentiment qui lui inspira une perfide vengeance. Ingénieuse créatrice de l'acier, elle forgea de ses mains une grande serpe, qu'elle offrit à ses enfants terrorisés pour qu'ils châtient les crimes d'un tel père.
C'est à Chronos que reviendra la sombre besogne... Un seul coup de serpe bien placé... Longtemps, le membre divin flottera sur les mers, entouré d'écume...
Jusqu'à ce qu'en jaillisse la trop belle Aphrodite, la Vénus des Romains ; mais ceci est une autre histoire...

Voici donc Chronos devenu Maître des dieux, mais c'est un maître inquiet. Comme tout un chacun, il sait que l'Histoire (fût-elle divine) est un éternel recommencement. Il craint de se voir à son tour dépossédé par l'un de ses fils ! Aussi les dévore-t-il tous dès leur naissance, causant ainsi à Rhéia son épouse une indicible douleur. Celle-ci implore donc l'aide de la Terre et du Ciel (qui attend impatiemment sa vengeance) et peut ainsi mettre au monde le dernier de ses fils, le grand Zeus, à l'insu de son terrible époux. Il ne restera plus qu'à présenter à l'ogre une grosse pierre emmaillotée de langes pour que s'accomplissent les antiques prophéties. Zeus le chassera bientôt de son trône, l'obligeant par ses ruses à recracher tous ses enfants, redevables dès lors à leur jeune frère de mille bienfaits : ils lui donneront entre autres pouvoirs celui de commander la foudre, le tonnerre, l'éclair, et de présider ainsi au destin des Mortels et des Immortels...

C'est une adaptation céleste très libre de ce roman noir qui s'est produite pendant la nuit du 11 au 12 Novembre 1997... Une autre "diva" de la Nuit tenait le premier rôle : C'est en effet la Lune qui a dévoré à son tour la belle planète Saturne, en glissant lentement vers elle au cours de la nuit. Dès le soir, on pouvait voir le disque presque complet de Séléné au voisinage de la planète, dans la constellation des poissons. Elle attendait sagement que Jupiter se soit couché, sans doute pour ne pas provoquer son courroux en lui volant son rôle. Et vers 2h 30min , alors que les deux astres, accompagnés du cortège des constellations, avaient lentement dérivé vers l'Ouest, les noctambules ont pu jeter un regard curieux à l'oculaire d'une lunette astronomique complaisante et voir ainsi l'ombre du bord Est de la Lune grignoter tout d'abord les anneaux de Saturne, puis son globe tout entier... Spectacle saisissant que cette occultation, hélas trop rarement observable !

Tel Chronos recrachant ses enfants, la Lune nous a heureusement rendu cette magnifique planète, bien sûr encore ornée de ses anneaux.

Page d'accueil